10.11.2014

Mardi, le «monument aux vies» sur les planches du palais des congrès

Gruissan Mardi, le monument aux vies sur les planches du palais des congrès photo1.JPG

Ce spectacle est interprété par une troupe de bénévoles au grand cœur

A l’occasion de la commémoration du centenaire de la Grande Guerre, la troupe « les Tamaritiens » monte sur les planches du palais des congrès, le  mardi 11 novembre à 17h, pour présenter leur spectacle « Le monument aux vies ».


Ce spectacle qui est une reconstitution historique des batailles ou des grands épisodes de la grande guerre a vu le jour en six mois. Tout a commencé à partir de de la grande sculpture de poilu faite par Bruno Prom artiste sculpteur qu’il a réalisée à partir d’une énorme poutre issue du toit du relais de poste de Nissan et datant de la fin du 18ème siècle. L’artiste a voulu rendre hommage à son arrière- grand-père, Auguste Metge, sculpteur également qui avait vécu la grande guerre et réalisé dans le Tarn plusieurs monuments aux morts. Sa compagne Cécile Izard avait un arrière-grand-père, Barthélémy Jordy qui avait écrit ses carnets de guerre, édités par l’association « histoire et généalogie en Minervois ». Elle a écrit un scénario où s’entremêlent deux histoires, une dans les tranchées de la grande guerre et l’autre dans les Pyrénées catalanes au 17ème siècle,  et qui est avant tout un plaidoyer pour la paix, d’où son nom : « le monument aux vies ». Il y avait aussi un élément d’une importance capitale : l’association humanitaire « les tamaritiens de Coursan » qui fait à la fois office de « restau du cœur et d’«Emmaüs» pour les plus démunis. Cécile et Bruno étant des bénévoles assidus, ils ont proposé de monter un spectacle pour le centenaire de la guerre en en proposant la vente aux municipalités afin d’alimenter les caisses de plus en plus vides de l’association. En effet, le nombre de colis devient exponentiel et à plus que doublé en 8 ans, la crise étant passée par là. Dix bénévoles ont répondu avec enthousiasme à l’appel. Ils ont répété et répété tout cet été avec acharnement, désirant se mettre au maximum dans la peau des personnages. Ils donnent de leur cœur, de leur racines, de leur accent de leur terroir et les langues régionales ont une belle place dans l’histoire qui conte une amitié indéfectible entre un soldat catalan de Olette et un soldat occitan de Vinassan, tous deux poilus au grand cœur. Le chœur des femmes du conservatoire de Narbonne, sous la direction d’Anne Sophie Castel s’est lancé aussi dans l’aventure, séduit par le projet ; ce sont en tout seize belles voix qui émeuvent aux larmes ; l’accordéon de Dorine Duchez, prof au conservatoire, apporte sa touche de joie de vivre ou de nostalgie avec un grand talent.


Info + : Ce spectacle d’une heure est gratuit mais sous réservation auprès du service culture de la Ville au 04 68 75 21 15 ou falessandri@ville-gruissan.fr

Gruissan Mardi, le monument aux vies sur les planches du palais des congrès photo 2.JPG
Cette création  mêle différents aspects du patrimoine de la région. La Grande Guerre vue par des gens du Midi et leur famille, mêlant le conte, le théâtre et des lettres authentiques de Poilus avec l’ensemble du Chœur des femmes, complétant la partie musicale.

Gruissan Mardi, le monument aux vies sur les planches du palais des congrès photo 3.JPG

Le chœur des femmes du conservatoire de Narbonne est également de la partie

Les commentaires sont fermés.