27.09.2011

De lagune en lido avec la à la Société Botanique

Gruissan  De lagune en lido avec la  Société Botanique 1.jpg

C'est avec passion que Jean-Claude Courdil a organisé et commenté cette sortie à laquelle a participé une cinquantaine de personnes

Les journées européennes du patrimoine sont une manifestation annuelle, instaurée en 1991 par le Conseil de l’Europe, basée sur le modèle des « Journées Portes ouvertes des monuments historiques » créées en 1983 par le ministère de la culture français. Elles ont lieu de nos jours dans une quarantaine de pays et régions d’Europe et permettent d’entrevoir l’unité et la diversité du patrimoine culturel commun à l’Europe. Elles sont, pour beaucoup, une occasion de faire la découverte des richesses historiques de nos milieux de vie.

On a tendance parfois à les limiter au patrimoine bâti, monuments, châteaux, églises et autres abbayes. On doit, bien sûr, y inclure l’environnement qui abrite le patrimoine le plus essentiel, la base de notre vie physique, le monde végétal. Cette année le Pôle-relais lagunes méditerranéennes en relation étroite avec le Conservatoire des Espaces naturels du Languedoc Roussillon  a coordonné l’organisation d’une cinquantaine d’animations sur l’ensemble du pourtour méditerranéen. C’est dans ce cadre que la Société Botanique de Gruissan a collaboré à cette initiative en ouvrant sa sortie mensuelle à tous ceux  qui s’intéressent aux lagunes méditerranéennes. Leur  richesse  et celle de leurs marges est remarquable à plus d’un titre. La diversité des habitats de la lagune : dunes, sansouires, roselières, marais périphériques, est liée notamment aux gammes de salinités. Cette diversité se traduit lorsqu’on observe la faune et la flore.


C’est ainsi que cette sortie exceptionnelle baptisée « De lagune en lido » a conduit plus de 50 personnes sur les bordures de l’étang de l’Ayrolle pour y découvrir un extraordinaire patrimoine floristique halophile, unique en France. La falaise de l’Evêque est, à cet égard, un remarquable belvédère pour l’observation du complexe lagunaire Bages-Sigean-Gruissan. C’est aussi un lieu chargé d’histoire comme en témoignent les récentes découvertes archéologiques de l’Ile Saint Martin, directement liées à l’activité humaine au contact de ces lagunes depuis plusieurs millénaires. Ce sont tous ces aspects que cette promenade, sous un soleil estival et dans la bonne humeur, a permis d’évoquer tout au long du rivage.

Gruissan  De lagune en lido avec la  Société Botanique 2.jpg

08:13 Publié dans Botanique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

19.06.2010

Opération Carpobrotus accomplie !

DSCN0075.jpg

C'est une quinzaine de personnes qui se sont retrouvées mercredi 9 juin à l'appel de la Société Botanique de Gruissan aux abords du Salin de Saint Martin pour procéder à une opération d'un type particulier, puisqu'il s'agissait de débarrasser les dunes du lido de la Vieille Nouvelle d'une espèce végétale envahissante. Il n'est pas question pour la Société Botanique de jeter le discrédit sur quelque plante que ce soit. Chacune a sa place dans l'harmonie générale de la nature. Cependant certaines espèces exotiques introduites imprudemment peuvent poser des problèmes aux plantes autochtones. Ces espèces peuvent se révéler très dangereuses pour la flore locale sur les lieux qu'elles colonisent. Elles sont en effet très adaptables aux changements climatiques et augmentent leur pression  sur les écosystèmes. Les espèces moins flexibles peuvent au contraire décliner jusqu'à l'extinction locale.Dans la liste des espèces invasives en Languedoc Roussillon figure en bonne place cette plante grasse, rampante que l'on a coutume d'appeler « Griffes de sorcière » et qu'en botanique on nomme Carpobrotus.

Il est bon de rappeler que les dunes fixées de la Vieille Nouvelle sont un des derniers refuges en France d'espèces halophiles (des terrains salés) très rares et à ce titre protégées par la loi. Originaires d'Afrique du sud les « Griffes de sorcières » ont été introduites à Gruissan pour meubler les rocailles des résidences lors de l'urbanisation touristique. Disséminées par les animaux les graines germent et se répandent à présent dans les espaces naturels avec beaucoup d'efficacité. Elles sont les végétaux exotiques posant le plus de problèmes dans les zones littorales méditerranéennes. Formant de grands « tapis » elles entrent en compétition avec la flore locale et modifient le milieu. C'est pourquoi, avec l'aide logistique de la municipalité de Gruissan, représentée par Christine Delrieu, qui a fourni matériel et véhicules et l'intervention de la « Brigade bleue et verte  », les membres de la Société Botanique ont  procédé à l'éradication aussi complète que possible de cette espèce dans ce milieu sensible à haute valeur patrimoniale. Une surveillance sera assurée pour prévenir les repousses et permettre à la flore locale de se développer sans entraves. S'il est une morale à tirer de cette opération c'est qu'il est vivement déconseillé d'utiliser cette espèce sans surveillance dans les milieux littoraux.

DSCN0047.jpg
DSCN0051.jpg
DSCN0061.jpg

03:45 Publié dans Botanique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |