18.01.2015

Le festival Maghreb, un lieu d’échange et de parole libre

 

Gruissan Le festival Maghreb un lieu d’échange et de parole libre photo1.JPG

 

“Le festival Maghreb si loin si proche, boulevard laïque des Cultures, continuera de construire des passages contre les intolérances, Contre tous les racismes, et contre les actes totalitaires”

Depuis ces huit dernières années, Gruissan accueille le festival cinématographique « Maghreb si loin, si proche » qui rencontre un beau succès, tant auprès de la population locale que de celle des alentours qui n'hésite pas à se déplacer pour participer à cette sympathique manifestation qui se veut, avant tout, être un lieu d'échange et de parole libre, un boulevard laïque des cultures. Comme l’a souligné, le maire, Didier Codorniou lors de la présentation de cette soirée : « la culture, plus que jamais, est un vecteur de paix. Il faut continuer à créer des ponts pour échanger avec les différents peuples. Ce festival est un véritable lieu de rencontres et de débats sur la liberté d’expression ». Pour cette 18ème édition, Ciném’Aude et le Ciné-Club de la MJC proposent une soirée spéciale avec deux films hors-normes et un repas. Ainsi, c’est au cinéma du palais des congrès, le lundi 19 janvier, dès 18H30 que le public pourra découvrir «Les Terrasses». Cette fiction censurée en Algérie et projetée en avant-première nationale (sortie prévue en avril prochain) raconte cinq histoires sombres de violence ordinaire filmées sur cinq terrasses dans cinq quartiers d’Alger. Dans cette œuvre qui a fait partie de la sélection officielle de la Mostra de Venise et a reçu au festival d’Abou Dhabi le grand prix du film arabe, ainsi que le prix de la critique internationale, le plus grand des réalisateurs algériens Merzak Allouache donne sa vision impressionniste d'une société algérienne « malade de ses contradictions ». A 20h, le public pourra se retrouver autour d'un savoureux couscous, échanger avec les divers protagonistes et ce avant que la soirée se poursuive à 21H30 avec la projection de « Adios Carmen » du réalisateur marocain Mohammed Amin Benamraoui. Un film qui a remporté de nombreuses distinctions dont le grand prix du Cinémed. L’histoire se déroule dans le Rif en 1975 avec pour protagonistes : Amar 10 ans qui vit seul avec son oncle, violent et Carmen, une réfugiée espagnole fuyant le franquisme qui va faire découvrir le cinéma au jeune garçon et lui ouvrir de nouvelles perspectives. Un film tendre, humain et touchant  qui se déroule dans une période durant laquelle le Maroc était sous l’influence espagnole. Une riche et singulière programmation à ne pas manquer ! Info + : Tarif : Entrée 5€/film ou 7 € pour les deux.

Gruissan Le festival Maghreb un lieu d’échange et de parole libre photo2.jpg


Adios Carmen sera projeté à 21H30

05.12.2010

« La moindre des choses », à l'affiche du ciné-club

La_Moindre_des_choses.jpgJusqu'au 11 décembre, la 3ème édition des «Rencontres Cinématographiques de l'Aude» propose des projections, des avant-premières, des invités prestigieux, des expositions... Les Amis du Cinoch' ont concocté un riche programme avec des associations et des salles de cinéma du département, grâce au soutien financier du Conseil Général de l'Aude et de la Région Languedoc-Roussillon. Ainsi à Gruissan, le ciné-club Mjc présentera le lundi 6 décembre à 21 h dans l'amphithéâtre du Palais des Congrès «La moindre des choses».

Un film-documentaire réalisé par Nicolas Philibert qui dépeint la vie de tous les jours des pensionnaires de la clinique psychiatrique de La Borde. Tous les ans, pensionnaires et soignants se rassemblent pour préparer la pièce de théâtre qu'ils joueront le 15 août. En 1995, ils ont choisi d'interpréter «Opérette», de Gombrowicz. Au fil des répétitions, le film retrace les hauts et les bas de cette aventure. Mais, au-delà du théâtre, il raconte la vie à La Borde, celle de tous les jours. La séance est au prix unique de 4 €.

24.04.2010

L'Enfer et Away we go à l'affiche du ciné-club MJC

l-enfer-d-henri-georges-clouzot-18781-2117080265.jpg


Le Ciné-Club MJC vous propose, le lundi 26 avril à partir de 18h30, une soirée spéciale 7ème art au cinéma du palais des congrès avec en première partie de soirée la projection de l'Enfer d'Henri Georges Clouzot. Un documentaire dans lequel Serge Bromberg et Ruxandra Medrea réussissent une "recomposition" de l'oeuvre disparue, créant un nouveau film qui raconte l'histoire de ce naufrage magnifique et qui permet au projet d'exister enfin. Car l'Enfer fut un projet énigmatique et insolite, un budget illimité, un film qui devait être un "événement" cinématographique à sa sortie. Mais après 3 semaines de tournage vint le drame. Le tournage est interrompu, et les images que l'on disait "incroyables" ne seront jamais dévoilées. Ces images, oubliées depuis un demi-siècle, ont été retrouvées et sont plus époustouflantes que la légende l'avait prédit. Elles racontent un film unique, la folie et la jalousie filmées en caméra subjective, l'histoire d'un tournage maudit et celle d'Henri-Georges Clouzot qui avait laissé libre cours à son génie de cinéaste. Jamais Romy Schneider n'a été aussi belle et hypnotique. Jamais un auteur n'aura été aussi proche et fusionnel avec le héros qu'il a inventé.

Henri-Georges_Clouzot.jpg

Après cette petite perle cinématographique vous pourrez vous retrouver autour d'un repas convivial avant de prendre place dans la salle de cinéma pour assister à la projection de Away we go, une comédie de Sam Mendes. C'est l'histoire de Burt et Verona qui attendent leur premier enfant. Lorsque les parents de Burt leur annoncent brutalement qu'ils partent vivre en Europe, leur équilibre de vie est remis en cause. Le couple de trentenaires n'a désormais plus aucune raison de rester dans la petite ville de province qu'ils détestent. Se pose alors la question : où s'installer pour fonder leur famille ? Ils se lancent alors dans un grand voyage à la recherche de l'endroit idéal. Sur leur chemin, ils rendent visite à leur famille et à de vieux amis. Certains leur paraissent fous à lier, d'autres leur donnent envie de suivre leur modèle... Mais finalement, tous vont aider à leur manière Burt et Verona à réaliser qu'ils n'ont peut être besoin que l'un de l'autre. De rencontres en conversations, le couple finira par prendre conscience que c'est à eux seuls de définir leur vie et de choisir où fonder leur foyer.

 away-we-go-2.jpg


Le programme de la soirée
Lundi 26 avril au cinéma du palais des congrès
18 h 30 : L'Enfer d'Henri-Georges
Clouzot (1 h 36) / Documentaire de
Serge Bromeberg
20 h 10 : Repas convivial * (10 €)
21 h 30 : Away we go ( 1 h 38)
Comédie de Sam Mendes
* Réservation obligatoire à la MJC
avant Samedi 24 avril à 12 h

23.02.2010

Soirée spéciale Frida Khalo au Ciné-Club

frida-462x640.jpg
Soirée spéciale en l'honneur de l'artiste peintre mexicaine, le lundi 1er mars à partir de 18 h 30 à l'amphithéâtre du Palais des Congrès.

Elle aurait eu 100 ans le 6 juillet 2007. La plus célèbre des peintres mexicaines fascine toujours le public. Est-ce pour son destin tragique ? La puissance et l'originalité de sa peinture ? L'exotisme qui ressort de ces peintures ? Plus de cent ans après sa mort, elle est l'un des peintres les plus côtés du marché de l'art, après Modiglianni ou Picasso.

Dans l'histoire de l'art, Frida Kahlo est inclassable. A la fois peintre surréaliste, parfois qualifiée de "naïve", toujours narrative, elle ne se rattache à aucune école, aucun courant artistique, aucune doctrine. Elle est à part, singulière, comme son destin de femme, libre, affirmée dans un monde entre deux guerres, dans un pays continuellement en mutation. Son parcours qui a marqué la société du début du XXe siècle sera mis à l'honneur le lundi 1er mars, lors d'une soirée spéciale organisée dans le cadre de la « journée de la femme 2010 » et proposée par le Ciné-Club MJC en partenariat avec le cercle d'études citoyennes. La soirée débutera par une conférence en entrée libre, intitulée « Frida Kahlo, une femme singulière ». Animée par Hélène Filhol du Cercle d'Etudes Citoyennes, le public pourra alors découvrir l'incroyable destin de l'artiste peintre mexicaine. Féministe, communiste, anticonformiste en peinture comme en amour, Frida Kahlo était une artiste inclassable avec pour credo "Viva la vida." Le 17 septembre 1925, le bus dans lequel est installée Magdalena Carmen Frida Kahlo, 18 ans, est violemment percuté par un tramway. La jeune étudiante en médecine est empalée par une barre de métal. Fractures multiples de la colonne vertébrale et du pied, écrasement du pelvis : pendant les vingt-neuf années qui lui restent à vivre, la douleur ne la quittera plus. Une souffrance, mêlée à un vorace appétit de vivre, qui donnera naissance à une œuvre picturale singulière, où la vie et la mort, étroitement enlacées dans une explosion de couleurs, continuent de fasciner.

Frida3.jpg


Puis c'est autour d'un repas convivial que chacun pourra se retrouver avant d'assister à 21h15 à l'amphithéâtre du palais des congrès, à la projection de Frida, un film de Julie Taymor. Dans cette oeuvre, la réalisatrice se base sur l' histoire d'amour de Frida avec le peintre Diego Rivera. Une histoire d'amour complexe et tragique, tendre et dure, sincère et infidèle... comme on les aime au cinéma ! Les deux peintres aux styles fort différents partagent une vision politique de gauche qui les amène à héberger pour un temps Léon Trotsky, avec qui Frida aura une aventure. Mais la santé de cette dernière se détériore, tout comme son mariage, ponctué par les nombreuses infidélités de Diego. Tourné au Mexique, dans les décors naturels et les lieux historiques, le film est une débauche de couleurs éclatantes, avec une mise en scène très travaillée et ponctuée de chants mexicains nostalgiques, engagés ou oniriques. Julie Taymor, a su utiliser habilement l'animation, l'image de synthèse, la photo, pour illustrer les rêves de Frida ou pour l'animation de certains tableaux, le tout dégageant esthétique et émotion. Un film à voir et revoir avec à l'affiche : Salma Hayek, Alfred Molina, Geoffrey Rush, Valeria Golino, Mia Maestro, Ashley Judd, Edward Norton et Antonio Banderas.

Frida.jpg

Le couple Khalo/ Rivera, interprété brillamment par Salma Hayek et Alfred Molina.

Info +

Le programme de la soirée spéciale «Frida Kahlo»
Le lundi 1er mars au cinéma du palais des congrès (entrée par l'avenue de la douane).

18 h 30 : conférence en entrée libre animée par Hélène Filhol qui présentera « Frida Kahlo, une femme singulière »
20 h : repas convivial (10 euros) / réservation à la MJC avant le 27 février
21 h 15 : projection du film Frida de Julie Taymor. Entrée 5 euros.
Tarif réduit MJC à 3,50 euros appliqués aux membres du CEC, non adhérents à la MJC.

13.01.2010

Lundi prochain, le ciné-club accueille pour la troisième année le festival «Maghreb si loin, si proche»

 DSC_0087-1.JPG

Nadine Olivier maire adjointe à la culture et Stéphane Povillon directeur de la MJC aux côtés des organisateurs René Martinolle, président du ciné-club de Lézignan-Corbières et de Gérard Barthez directeur de Ciném'Aude.

En ce début d'année 2010, Gruissan se voit accueillir pour la troisième année consécutive au Palais des Congrès avec la complicité du ciné-club de la MJC, pour une soirée et deux projection, la 13ème édition du festival de cinéma «Maghreb, si loin ... si proche». L'une des rares manifestations consacrées au cinéma maghrébin, mais aussi un lieu de vie et d'échanges. Ce festival réunit des créateurs rares de Tunisie, Algérie, Maroc, Mauritanie et d'autres pays du pourtour méditerranéen autour de films, d'expressions artistiques libres, de paroles et de moments festifs. Ce festival itinérant de cinéma pour pour tous se déplacera du 14 au 31 janvier à travers 12 communes des Pyrénées Orientales et de l'Aude et fera étape à Gruissan le lundi 18 janvier.

adieu gary.jpg

 L'an passé vous aviez été nombreux à apprécier lors de cet événement, les films «Française» de Souad El Bouhati et «Mascarades» de Lyes Salem. Lundi prochain à partir de 18h30, le public pourra découvrir «Adieu Gary» de Nassim Amaouche, présenté par Michel Le Hérissé dont la trajectoire personnelle est étroitement liée aux salles obscures et plus précisément à l'histoire des ciné-clubs. Ce film qui a obtenu le Grand Prix de la Semaine de la Critique à Cannes en 2009 avec à l'affiche Jean-Pierre Bacri, Dominique Reymond, Yasmine Belmadi et Sabrina Ouazani se passe dans une cité ouvrière vidée de sa population depuis quelques années déjà. Pourtant, certains habitants ont décidé d'y rester, plus par choix que par nécessité, parce que c'est là qu'ils sont nés et qu'ils ont grandi. Parmi eux il y a Francis, l'ouvrier consciencieux qui continue d'entretenir la machine sur laquelle il a travaillé toute sa vie ; Samir, son fils , qui revient dans le quartier après une longue absence ; mais aussi Maria, la voisine, vivant seule avec son fils José qui veut croire que son père est Gary Cooper. Il va donc l'attendre tous les jours dans la ruelle de ce no man's land contemporain, qui ressemble à s'y méprendre à un décor de Western...

 

NUMBER_ONE.JPG

Le ciné-club de la MJC proposera à l'entracte un repas convivial composé d'un couscous traditionnel, car comme la coutume le veux, chaque ville qui reçoit participe de manière active à l'organisation de cette soirée. Après cette pause aux saveurs orientales, place à 21h00 à la projection de «Number One» en présence de sa réalisatrice Zakia Tahiri. Ce long-métrage marocain est une comédie sur la condition de la femme au Maroc. Le film raconte l'histoire de Aziz. Ce dernier dirige une usine de confection qui emploi une cinquantaine d'ouvrières qu'il terrorise tout comme il terrorise sa femme, sa fille... Un jour, sa femme découvre que son mari peut être aussi un gentleman, un prince charmant, lorsqu'il doit faire bonne figure devant une cliente étrangère... Elle décide de lui jeter un sort, pour que cet instant de bonheur ne finisse jamais... Aziz devient féministe malgré lui. Sa vie devient alors un enfer. Deux films de réalisateurs talentueux, à découvrir le lundi 18 janvier à partir de 18h30 à l'amphithéâtre du palais des congrès. Renseignements et réservations auprès de la MJC au 04 68 49 61 87. Repas à 20h, participation 10€, réservation jusqu'au samedi 16 janvier à 12h00. Entrée 5 euros (7 euros les 2 films). Tarif réduits pour les adhérents de la MJC à 3,50 euros le film.

cinemaginaire.jpg

Les partenaires du Festival :  

l'enjeu principal de ce festival qui a vu le jour en 1997 est de présenter des films totalement inédits qui n'ont pas de distributeurs en Europe, en présence de leurs réalisateurs et/ou des comédiens. Mais aussi de proposer chaque année un colloque, des rencontres, des buffets, des débats, des expositions, des ateliers, des échanges. Tout ceci grâce au collectif qui regroupe l'association Cinémaginaire, Ciném'Aude, l'association coup de soleil, l'institut Jean Vigo de Perpignan, Les Cine-rencontres de Prades, le collectif de Saint Paul, les amis de Cinémaginaire, les amis du cinoch' de Carcassonne. Sans oublier le soutien des communes participantes et de la région. Programme complet de ces deux semaines de cinéma et de rencontres sur www.cinemaginaire.org.

25.10.2009

"Au diable Staline, vive les mariés !" au ciné club MJC

affiche-au-diable-staline.jpg

La première séance de la saison 2009 - 2010 du ciné club MJC qui aura lieu le lundi 26 octobre à 21 h au palais des congrès, vous présentera dans une la salle de cinéma refaite de neuve, Au diable Staline, vive les mariés !. Une comédie des réalisateurs roumains Horatiu Malaele et Vlad Paunescu. L'histoire se déroule en Roumanie, de nos jours. Une équipe de tournage arrive dans un village roumain, totalement isolé. Ils sont à la recherche de phénomènes paranormaux pour les besoins d'un reportage. Mais à leur grande surprise, seules de vieilles femmes en deuil y vivent. Le maire d'un village voisin, venu servir de guide, leur raconte toute l'histoire. Il remonte alors jusqu'en 1953. Un jeune couple est sur le point de se marier. Dès lors, l'ensemble des villageois s'attèle aux préparatifs de la noce. Tout s'annonçait donc pour le mieux jusqu'au moment où le commandant d'un régiment fait irruption et annonce la mort de Staline. Une semaine de deuil national est imposée, ainsi que l'interdiction des festivités, quelques soient leur nature. Malgré l'interdiction, les mariés et leurs invités feront preuve d'ingéniosité pour poursuivre la fête...

Un film plein de poésie avec Alexandru Potocean, Luminita Gherghiu, Vasile Albinet, Valentin Teodosiu à découvrir.

11.06.2009

Ciné-Club MJC : soirée « Gypsy »

gypsy caravan.jpg

La commission culturelle de la maison des jeunes et de la culture invite ses adhérents et le public à participer à la dernière séance du Ciné club MJC de la saison 2008 - 2009 qui se déroulera le lundi 15 juin à l'amphithéâtre du palais des congrès.
 
La  précédente soirée  organisée était dédiée à la peinture avec une brillante conférence de Jean-Claude Courdi  sur Kandinski  suivie du film "un peu déjanté" Musée haut, musée bas de Jean-Michel Ribes. Ce mois-ci encore, la programmation reste axée sur l'art en proposant une soirée spéciale Gypsy toute en musique !

Au programme à compter de 18 h 00, le préambule sera rythmé par le jazz manouche du groupe Indalo. Une animation musicale qui laissera place à 18 h 30 à la projection du documentaire musical de Jasmine Dellal intitulé Gypsy Caravan.  Un embarquement immédiat dans la Gypsy Caravan pour un voyage à travers la musique, la vie et l'héritage de cinq groupes tziganes, issus du monde entier, lors d'une tournée triomphale de six semaines aux Etats-Unis. Les styles musicaux vont du flamenco au violon gitan, du folk indien au jazz, représentant ainsi le meilleur de la musique et la diversité du peuple gitan. Le film retrace le portrait de ces musiciens, sur scène et à la ville, dans leurs familles et sur la route. Un voyage riche et initiatique, au sens propre et figuré à travers la culture gitane.

La soirée continuera vers 20 h 00 autour d'un  repas convivial aux saveurs espagnoles suivi à 21 h 30 d'un concert du groupe Indalo composé  de Vincent Calmettes, Antoine Ona, et Cahut. Lors de cette soirée, Indalo vous invitera à un voyage insolite à travers la musique traditionnelle gitane.
 
Renseignements et réservations auprès de la MJC au 04 68 49 61 87. Inscription obligatoire au repas avant le samedi 13 juin 12 h (participation 10 €). Concert du groupe "Indalo" (participation 5 €).  Projection au tarif habituel.