24.10.2009

Cinéma : retour sur un tournage au coeur du village

IMG_9255.JPG

Quatre jours pour tourner et monter un court-métrage de 13 min. C'est le défi que l'équipe du théâtre de l'Entresort en collaboration avec une équipe de tournage parisienne a relevé pendant l'édition 2009 du Festival du film des métiers et de l'image.

« Silence, on tourne !» a rythmé les journées des comédiens professionnels et de la soixantaine de figurants qui se sont prêtés au jeu durant deux jours de répétitions et quatre jours de tournage dans des conditions climatiques difficiles, bravant le vent du nord et le froid. Dès leur arrivée, ils ont élu domicile dans la rue Espert au coeur du village. Le bar Le Joffre et l'ancienne mairie sont devenus les plus importants décors de l'histoire. Le magasin Fleur Bleue, la pharmacie de la Tour et le parvis de l'école municipale ont également été utilisés. Les sapeurs-pompiers gruissanais ont été sollicités lors de la «mise en boîte» de plusieurs scènes se mêlant ainsi aux figurants curieux de découvrir l'envers du décor et ravis de vivre cette expérience.

Avec Fabienne Jorissen, première assistante réalisatrice, l'équipe technique s'affaire dès 7 heures du matin. Pendant que le chef opérateur Jean-Pierre Lazar et le caméraman Romain Piron s'installent, Philippe Ginestie, ingénieur du son, Michel Bruno, perchman, et Michel Bouquerel, chef électro font les premiers réglages. De son côté, le réalisateur, François Lopez, cale les derniers détails auprès de son collaborateur Eric Krissi et de Fabienne pour être prêts à tourner. Pendant ce temps là, Mireille Huchon et Bernard Laborde rejoints par les comédiens toulousains, Philippe Bussière et Jean-Marc Brisset, répètent leur texte. Les figurants se retrouvent autour d'un café avant de se mettre en place. Trois d'entre eux, Mylène Ramos du bar Le Joffre, l'ancier boucher Jean-Claude Imbert et Gérard Azibert, chef de corps des pompiers interprètent leur propre rôle. Au fil des jours des liens se tissent entre les Gruissanais et Narbonnais participant à cette aventure. Venus en solo ou en famille, ils se sont tous consacrés à 100 % avec une infinie patience à cette fiction de 13 minutes qui relève de la performance.

Avec un scénario écrit en juin par Bernard Laborde, une préparation en amont menée par Fabienne Jorissen, l'équipe a en effet, tourné et pré- monté le film le temps du festival. Pour cela la talentueuse, Sophie Blais a passé des nuits entières au montage afin qu' Un souci particulier puisse être projeté dès dimanche après-midi au cinéma du palais des congrès. Le public a ainsi pu découvrir sur grand écran un film de fiction pour le moins particulier. L'histoire peu conventionnelle est celle de décès mystérieux de femmes gruissanaises. Les responsables ? Les Ficussiens habitants de la planète Ficus se nourrissant exclusivement de caoutchouc, ont débarqué sur la terre. Leurs ressources étant épuisées, leur plan consiste à créer des hybrides à l'aide des hommes afin de lutter contre leur solubilité dans l'eau... et c'est à l'aide de moustiques téléguidés qu'ils comptent accomplir leur diabolique projet ! Une parenthèse dans un monde déjanté est venue clôturer ce festival. Bravo à tous !

DSC_0199.JPG

 Le réalisateur François Lopez et le caméraman Romain Piron.

IMG_7892.JPG

Cette expérience restera un très bon souvenir pour l'ensemble des figurants. 

IMG_7805.JPG

 Silence ça tourne ! Mylène Ramos et Bernard Laborde en pleine action.

IMG_9220.JPG

Quelques sènes en images ....

IMG_7778.JPG
IMG_7705.JPG
IMG_9219.JPG
IMG_9269.JPG

La suite à découvrir dans l'album photos sous forme de diaporama

21.10.2009

Rencontre avec René Borg : « Le talent ne suffit pas, la chance doit être au rendez-vous »

IMG_7856.JPG

A 76 ans, René Borg, co-créateur des Shadocks continue de partager son métier-passion de festival en festival. Durant trois jours, c'est à Gruissan que le dessinateur et réalisateur de nombreuses séries dans les années 70 et 80 (Watoo-Watoo, Il était une fois... l'homme, Clémentine), et l'un des principaux créateurs d'Ulysse 31, a présidé avec enthousiasme le jury de la 14e édition du festival de l'image et des métiers. L'occasion de rencontrer entre deux projections, un homme généreux. Un professionnel au grand coeur, heureux de participer à cette aventure cinématographique dédiée aux métiers.

Ce concours a pour but d'aider les jeunes cinéastes à avoir un esprit de compétition. Vous qui avez débuté après plein de petits boulots, au culot et en autodidacte à plus de 26 ans dans le dessin animé par l'animation de films scientifiques, médicaux et techniques pour l'armée chez Tadié - Cinéma avant de rejoindre 7 mois plus tard l'institution Jean-Image où l'on vous confie la direction des studios pour plusieurs séries, quels conseils donnez-vous à la jeune génération qui veut se lancer dans la réalisation ?

J'ai pour habitude de dire que le talent ne suffit pas, il y a des centaines de gens de talent, je dis aux jeunes vous devez aussi avoir la chance. Mais la chance est une «péripapétichienne» qu'il faut courtiser tout en sachant qu'elle ne passera qu'une soirée avec vous car elle est trop sollicitée. Tant qu'on la tient, il faut absolument s'y accrocher et l'empêcher de partir trop vite et après il faut rencontrer la personne qui a le nerf de la guerre, c'est à dire le producteur où celui qui paye pour qu'une idée naisse. Ensuite tout suit par conséquence mais le talent ne suffit pas dans et ce dans tous les arts.

Vos oeuvres sont connues tant par la génération des cinquantenaires que celle des trentenaires. Pionnier des partenariats franco-japonais, vos réalisations et projets ont marqué profondément l'animation française et internationale. Quel regard portez vous aujourd'hui sur le film d'animation ?

Malheureusement les producteurs aujourd'hui n'achètent plus que des produits finis, il faut continuer à se battre pour former des animateur-formateurs en Europe et sur le pourtour de la "Mare Nostrum" afin d'en avoir, au bout de quelques années, un nombre suffisant pour les productions européennes, et maintenir un travail qui fuit vers l'Extrême Orient. De plus, les dessinateurs restent de moins en moins propriétaires de leurs oeuvres, ce qui est désolant.

Vous n'avez de cesse de continuer à parcourir le monde pour transmettre votre passion et défendre vos idées. Après avoir mis en place à la Réunion une formation sur deux années aux techniques du cinéma d'animation qui a donné naissance à la société de fabrication Pipangaï. Quels sont vos projets ?

Des projets plein la tête mais entre autres, comme sur le concept de la Réunion, je me bat depuis 4 ans pour monter des écoles d'animation en Algérie, j'espère que ceci verra enfin le jour. J'ai des projets similaires en Russie et puis je parraine trois jeunes Agathois mordus de BD et de dessins animés auxquels j'ai proposé d'animer «les Pompoliens», de petits êtres déjantés en forme de pompe à essence pour se moquer de nous mêmes, de nos travers et critiquer la civilisation issue du pétrole ! Trois pilotes ont été déjà mis en boîte.

IMG_7865.JPG

Quel souvenir garderez-vous de Gruissan et de ce festival ?

Un très bon souvenir, j'ai été totalement charmé dès mon arrivée par la beauté de ce lieu que je découvre pour la première fois. Impressionné également par la structure d'accueil du palais des congrès et agréablement surpris par la projection de films en compétitions aux scénarios totalement délirants. Je suis ravi d'avoir présidé le jury de ces trois jours de festival qui ont permis grâce à la réalisation, aux jeunes des lycées de montrer et valoriser leur savoir-faire.


Dès la clôture de l'édition F.I.L.M.2009 Ciné Jeunes, René Borg, d'une générosité sans faille, est parti rejoindre à Agde où il a passé une partie de son adolescence, ses filleuls de Mangapolis pour lesquels il se charge de trouver un diffuseur afin que l'on puisse découvrir leur travail au plus tôt sur nos petits écrans.

19.10.2009

Festival International de L'Image des Métiers : Remise des prix Ciné Jeunes des Métiers 2009

 IMG_0001.jpg

FILM Ciné Jeunes des Métiers, a clos samedi 18 octobre, sa première édition à Gruissan.

Trois jours de fête avec un programme riche et varié : des films, des présentations métiers, des animations : stands, ateliers, démonstrations, mais aussi des jeunes, passionnés par les métiers qu'ils préparent, encadrés par des professionnels tout aussi enthousiastes

_MG_3279.JPG

Sous la présidence de René Borg, grand réalisateur et directeur artistique du cinéma d'animation international, notamment des Shadocks, Nono le Petit Robot ou Ulysse 31 pour les plus connus en France, le jury a visionné plus d'une quarantaine de films en compétition répartis en quatre catégories. René Borg, était accompagné par Marc Fauvelle, journaliste, présentateur du 7/10 de France Info, Nadine Olivier, maire adjoint de Gruissan, déléguée à la culture, Anne Fournier, directeur associé Euro-France Médias, Diégo Marty, président du bureau international du film ferroviaire et responsable audiovisuel des chemins de fer suisses et Odile Argo, qui a été proviseur du lycée professionnel des métiers du spectacle Jules-Vernes de Sartrouville. Claude Pinoteau, réalisateur du film mythique La Boum a également fait l'honneur de sa présence au Festival, pour apporter son expertise et son regard bienveillant, dans le cadre de l'atelier cinéma.

Brigitte Dupuis, journaliste à La Tribune a quant à elle, accepté de mettre son professionnalisme au service des élèves chargés de réaliser chaque jour le journal du festival. Après délibération, le jury a attribué le grand prix 2009 Aux âmes envolées - L'histoire d'un vitrail de Vincent Lauth. Ce documentaire français de 36 min nous plonge dans l'intimité de l'atelier d'Emmanuelle Grand, à l'occasion de la création d'un vitrail monumental pour la grande salle de cérémonie du crématorium de Dijon. Il retrace toutes les étapes de son travail, de la conception de la maquette à la réalisation des pièces de verre mélangeant techniques contemporaines et traditionnelles, jusqu'à l'installation in situ de sa sculpture-vitrail. Un palmarès qui a mis l'honneur la sensibilité, la tradition et la créativité.

Le palmarès 2009

Le Grand Prix « Le Gruissan d'Or »

Aux âmes envolées de Vincent Lauth

Le Gruissan « Je filme le métier qui me plait »

Cuisinier - Elèves du Lycée professionnel E. Hériot de La-Chapelle-St-Luc

Le Gruissan « Institutionnels »

Passion recherche de Pierre Schumacher

Le Gruissan « Métiers »

Les rois du couteau de Régis Blanchard

Le Gruissan « Métiers d'Art »

L'art du fer de Coustouges à Ybbzits de Philippe Curto

Le Gruissan « Coup de Cœur »

L'or noir de Guyane - Elèves du Collège Zéphir de Cayenne

16.10.2009

Ce soir au cinéma, débat de Claude Pinoteau et projection de "La Boum"

42237425_p.jpg 

Dans le cadre du Festival International de L'image des Métiers, le réalisateur Claude Pinoteau donnera ce soir à 20 h, une conférence, débat ayant pour thème ''mon métier de cinéaste'', suivie  d'une séance de dédicaces de son livre et de la projection d'un de ses films emblématique, La Boum 1 au cinéma du palais des congrès.

Alors par nostalgie, pour le plaisir ou pour découvrir tout simplement, laissez-vous plonger le temps d'une soirée dans les mésaventures de Vic, lycéenne de 13 ans, qui découvre la vie à travers les quiproquos amoureux de ses parents, et l'amour à l'occasion d'une "boum". En effet, après une bien difficile négociation pour obtenir la permission d'aller à cette soirée organisée par ses amis, elle y rencontre Mathieu, avec qui elle commencera son éducation sentimentale. Les conseils et la complicité de Poupette, la tendre et moderne grand-mère de Vic, ne seront pas inutiles...

Comment résister à cette comédie romantique de Claude Pinoteau qui sent bon les années 80 ? C'est à chaque fois un réel plaisir que de retrouver ces personnages attachants qui, chacun, nous rappellent une amie perdue de vue croisée au collège ou au lycée. On suit l'aventure des premières boums avec délice et on se remémore ces moments vécus de perte d'innocence, d'entrée dans l'adolescence, de rébellion. Si le film est aussi efficace, c'est surtout grâce à sa brochette de comédiens hors pair : la délicieuse Sophie Marceau, Claude Brasseur, Brigitte Fossey sans oublier l'épatante Denise Grey et la ribambelle d'amis, de Pénélope à Stéphane en passant par Raoul et Mathieu. Irrésistible , n'est-ce pas ça qui fait le charme de La boum ?

 Projection ce soir à partir de 20 h 00 au cinéma du palais des congrès en entrée libre.

14.10.2009

Festival ciné jeunes des métiers 2009 : 3 jours consacrés aux métiers et à l'image

DSC_0220.jpg

L'événement incontournable pour les jeunes en recherche d'orientation et d'emploi arrive à grand pas. Après 13 ans passés à Pézenas, cette année, c'est à Gruissan, que le FILM s'installe du 16 au 18 octobre. Trois jours durant lesquels, le FILM Association Art Artisanat Audiovisuelle, va aider les jeunes dans leur recherche en leur faisant découvrir un maximum de métiers, que ce soit par l'image numérique ou par l'image vivante.

L'amphithéâtre du palais des congrès sera entièrement dédié au cinéma dans toutes ses dimensions : projections, débats, rencontres avec les commanditaires, les réalisateurs, séance de dédicaces. La compétition officielle des films sélectionnés prendra également ses quartiers dans la salle du cinéma sous la présidence de Pierre Richard accompagné de personnalités locales.

Si les films sur les métiers manuels resteront dans les salles obscures, c'est au grand jour que 65 métiers seront présentés sur 35 espaces répartis à l'intérieur du palais des congrès, sur l'esplanade et la place du Moulin. Soit près de 2400 m² d'exposition où les jeunes viendront cueillir des renseignements pour tenter de se dessiner un avenir professionnel. Pour cela, 230 élèves et apprentis de lycées et CFA de la région, entourés de 85 professeurs et formateurs accueilleront le public afin de faire découvrir leur métier-passion au travers de nombreuses démonstrations.

L'Inra et la Cité de la vigne et du vin participeront activement à ce festival ayant pour thème cette année, «les métiers de la viticulture». Un buffet citoyen de produits locaux, une dégustation des vins primeurs de l'Aude, suivie d'une conférence sur le vin en la présence d'un dégustateur de renommé internationale et des visites du site seront au programme.

Ces trois jours de projections et d'animations à vivre seront complétés pour cette édition 2009 côté village, d'ateliers sur les métiers du cinéma et de la presse, encadrés par des professionnels reconnus. C'est ainsi qu'au cours du festival, sous le regard bienveillant du cinéaste Claude Pinoteau, un court métrage sera réalisé et tourné au coeur de la cité gruissanaise avec la participation des villageois. L'atelier «tournage cinéma» avec les élèves des sections cinéma des lycées encadrés de professionnels aura trois jours pour réaliser une fiction écrite par Bernard Laborde du théâtre de l'Entresort dans les conditions d'un long métrage. Ce dernier sera diffusé le dimanche en début d'après-midi avec les films primés.

Autre challenge à relever pour les jeunes de l'atelier presse où un journal de quatre pages en couleurs sera produit, monté, tiré et distribué chaque matin aux visiteurs, commerçants et habitants du Grand Narbonne. Les élèves en particulier du lycée Champollion de Lattes auront comme rédacteur en chef, le célèbre journaliste-chroniqueur, Claude Sérillon. Nul doute que cette expérience professionnelle sera enrichissante pour les apprentis journalistes. Un évènement régional incontournable à ne pas manquer pour tous ceux en recherche d'orientation et pour tous les passionnés de l'image.

Ouvert à tous du vendredi 16 au dimanche 18 octobre au Palais des Congrès. Entrée libre.

f8 (50).jpg

Les principaux métiers présentés au festival


Alimentation : boulangerie, pâtisserie, chocolaterie....

Soins aux personnes : coiffure, esthétique, services aux personnes,...

Bâtiment : menuiserie, plomberie, maçonnerie, peinture, métiers de l'architecture, conduite et manipulation d'engins de travaux publics ....

Ameublement : ébénisterie, marqueterie, sculpture, décorateur d'intérieur,...

Textiles et cuirs : broderie, couture, costumes ...

Métiers Graphiques : sérigraphie, graphisme de décoration,...

Secteur Agricole : viticulture, agriculture, sylviculture, métiers de l'environnement

Artisanat : tisserand, maître teinturier, doreur, artiste verrier, artiste céramiste,ébéniste

Métiers de la vente et de la communication et bien d'autres encore 

numérisation0001.JPG

Le programme complet du festival

Vendredi 16 octobre

8 h : Ouverture des stands et accueil des festivaliers au Palais des Congrès.
9 h : Lancement du Festival par le Maire de Gruissan, le Président du Grand Narbonne et le Président de FILM suivi de la visite des stands : Palais des Congrès et Esplanade
10 h à 18 h Animations dans la ville atelier cinéma sous le regard Claude Pinoteau et tournage d'un reportage sur le Festival encadrés de professionnels. Atelier Journal du Festival.
10 h 15, 11 h, 11 h 45 Au cinéma, présentation aux scolaires d'une sélection de films nominés
14 h : Reprise des ateliers.
15 h à 18 h : Au cinéma projection de la sélection catégories «Je filme le métier qui me plait» et «Mon métier, mon avenir».
18 h Projection des rushes du de l'atelier film
20 h Salle de cinéma, Conférence, débat de Claude Pinoteau : '' mon métier de cinéaste'', suivie de la projection d'un de ses films emblématique, La Boum 1 et d'une séance de dédicaces.

Samedi 17 octobre

9 h : Ouverture des stands et accueil des Festivaliers au Palais des Congrès. Reprise de l'ensemble des ateliers
10 h à 13 h : Projection au cinéma de la sélection catégories «Institutionnels» et «Métiers»
15 h à 17 h : Projection de la sélection catégorie «Métiers d'Art» suivi de la délibération du jury.
18 h : Projection des rushes du de l'atelier film
20 h : Remise des prix avec défilé de mode
21 h 30 : A la Cité de la vigne et du vin, buffet citoyen de produits locaux. Invitation à retirer à l'Accueil du Festival.

Dimanche 18 octobre

9 h 30 : Ouverture des stands et accueil des festivaliers au Palais des Congrès.
10 h à 12 h : Projection des films primés. Animation en ville par les associations locales.
10 h  : Au village : Course des garçons de cafés ouverte à tous.
11 h Dans la salle de cinéma, dégustation des vins primeurs de l'Aude, avec conférence sur le vin avec la participation de l'INRA et du CIV Len la présence d'un dégustateur de renommé internationale.
14 h : Au cinéma, projection du film réalisé par l'atelier «tournage cinéma» avec débat en présence des professionnels, suivi de la projection des films primés la veille.
18 h : Clôture du Festival par les autorités locales et le président de FILM
20 h 30 : Remise des prix pour les jeunes exposants au LVL suivi d'un repas.

Projections publiques et gratuites des films en compétition.

06:05 Publié dans F.I.L.M 2009 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : f.i.l.m 2009 |  Facebook | |

13.10.2009

Pierre Richard cède sa place à René Borg au Festival International de L'image des Métiers

ulysse31.jpg

La vie d'artiste est incontrôlable et sa disponibilité difficilement maîtrisable, nous en faisons aujourd'hui le constat. Longtemps pressenti comme président du jury du Festival International de L'image des Métiers qui se déroulera du 16 au 18 octobre à Gruissan, Pierre Richard est rattrappé par son actualité débordante dont il n'est pas le seul opérateur. Retenu par les tournées de sa nouvelle pièce de théâtre entrecoupées de séances de promotion de son dernier film, il lui est impossible d'honorer de sa présence le Festival.

Pour tenir ce nouveau rôle de président, l'équipe organisatrice du F.I.L.M est heureuse d'accueillir René Borg dont le nom n'est certes pas aussi médiatique mais dont l'oeuvre récente a marqué tant la génération des cinquantenaires que celle des trentenaires. Que de souvenirs pour les uns quand les Shadocks pompaient ou pour les autres devant le petit écran à suivre les aventures de Nono le petit robot ou d'Ulysse 31. C'est donc un grand honneur de recevoir à Gruissan un des plus grands réalisateur et directeur artistique français du cinéma d'animation.
Pionnier des partenariats franco-japonais, les réalisations et les projets auxquels a participé René Borg ont marqué profondément l'animation française et internationale. Personnage au talent immense et à la réputation sulfureuse, il a été le mentor de nombreux débutants, parmi lesquels Moloch, Peter Scheede, Daniel Sebban et Michel Boulet. Il est aujourd'hui professeur titulaire à Eurasiam, établissement d'Art et de Management spécialisé sur les relations inter-culturelles entre l'Europe et le Japon.

Ceux qui l'ont rencontré retiennent surtout de René Borg sa générosité et son extrême bon cœur. « J'aurai toujours au moins 5 minutes de mon temps pour recevoir des jeunes talents et leurs offrir mes conseils s'ils le souhaitent » a toujours été sa devise. Une devise qu'il ne manquera certainement pas de mettre en application durant ces trois jours consacrés aux jeunes, à l'image et aux métiers.

26.09.2009

Gruissan fait son cinéma : Appel à candidature pour figuration

 

IMG.jpg

L'image et en particulier le cinéma ont toujours eu du sens pour Gruissan et les gruissanais. En effet, c'est ici qu'ont été tournés bon nombre de clips vidéo, clips musicaux et films dont certains de renommée nationale tels que «Cap au large» (1942) de Jean-Paul Paulin et «37°2 Le matin» (1985) de Jean-Jacques Beinex. Ces films célèbres ont contribué à la notoriété de la cité, fière de ses traditions.


Dans cette logique de valorisation de l'image, Gruissan a accueilli pendant sept ans le Festival National du Film «Cinéma Région» ainsi que le Festival Oenovidéo. Cette année, la ville reçoit pour la première fois le Festival International de l'Image des Métiers ( F.I.L.M) qui se déroulera du 16 au 18 octobre. Au cours de ce rendez-vous, un court métrage dont le scénario a été confié et écrit par Bernard Laborde, metteur en scène et comédien du Théâtre de l'Entresort va être réalisé et tourné au coeur de la cité avec la participation des villageois, sous le regard bienveillant du cinéaste Claude Pinoteau. Ce film de 13 minutes se présente comme une fiction des temps modernes. Un polar un peu déjanté avec des scènes de crimes, une enquête policière et un extra-terrestre. Toutes ces scènes seront tournées au village, essentiellement dans la rue Espert, au bar le Joffre, dans la Grand rue, devant l'école et à la plage des chalets.

Sur ces lieux du tournage une logistique de cinéma professionnel sera mise en place avec tout le matériel nécessaire. Des élèves des lycées en formation, des éclairagistes, preneurs de son, caméramans, monteurs, maquilleurs, costumiers auront trois jours pour finaliser ce film auprès du réalisateur François Lopez assisté par la gruissanaise, Fabienne Jorissen. La projection de ce court métrage aura lieu dès la journée du dimanche au cinéma du palais des congrès aux côtés des films primés.

Bernard Laborde et Mireille Huchon ont également en charge le casting et la direction des acteurs. Pour ce faire les deux protagonistes de L'Entresort recherchent une centaine de figurants : soit 50 femmes et 50 hommes de tous âges ainsi que de jeunes enfants et adolescents pour relever ce défi. Ils font appel dès à présent aux gruissanais pour les rejoindre dans cette aventure cinématographique. Nul besoin de savoir jouer la comédie par contre c'est une expérience qu'il faudra prendre au sérieux. Il faudra prévoir une ou deux répétitions en amont pour être prêts au moment du tournage qui aura lieu les 14, 15 et 17 octobre. Alors, si vous êtes intéressés pour participer à cette expérience et relever le défi, contactez dès à présent Bernard Laborde au 04 68 75 02 73 afin de déposer votre candidature. Suite à votre inscription, une réunion d'information et de répartition des rôles se tiendra à l'Entresort le samedi 3 octobre à 10h00.