10.11.2014

Voile : Une et deux et trois manches de course pour 15 voiliers avec le GYC

Gruissan Voile Trois manches de course pour 15 voiliers avec le GYC.JPG

Dimanche dernier, sous le soleil radieux du plan d’eau de Gruissan et un vent de demoiselle (environ 10 nœuds) étaient lancées deux, qui se sont avérées trois, manches de régate par l’arbitre Patrick Sirven, du Gruissan Yacht Club (GYC). Après le briefing, 15 bateaux étaient alignés sur la ligne de départ pour l'avant dernière journée de régate de l'année.  La première manche était un classique parcours « banane » consistant à virer une bouée au vent à l’allure du près serré puis une bouée sous le vent au vent arrière sous spinnaker. La ligne de départ était franchie à 11h. Le parcours très court de 1,6 milles (soit 1.9 km) était avalé en 39 minutes par le Pogo « The Marco Paulo » alors que dernier concurrent passait la ligne en 55 minutes. La deuxième manche était plus accessible aux bateaux de croisière, moins affutés que les bateaux typés régate, le circuit choisi étant un parcours côtier autour des quatre bouées cardinales. Ce parcours où le vent vient plus « travers » a nécessité de la part du Comité de course un rappel de sécurité, soulignant notamment  la nécessité de bien s’écarter de ces balises. Le parcours de 5,3 milles demanda à peine 1h au trio de tête qui reprenait dans le désordre le tiercé de la première manche derrière « Esquijado ». A noter que le petit bateau « Aquo Rai » de Serge Campion, tirait bien son épingle du jeu, en prenant la troisième place. Météo aidant, l’arbitre lançait donc par VHF une troisième manche « parcours banane » de 2,8 milles. Mais histoire de corser un peu le départ, il fit poser par Francis,le mouilleur du club, une ligne de départ favorable bâbord. Parcours que « Rémora » finira premier en trois quart d’heure. Le trio vainqueur de la journée restait cependant « Rémora » à Alain Montanuy  suivi d’ « Esquijado » à Gérard Cancel puis de « The Marco Paulo » à Christophe Gazagne. Ce fut vraiment une superbe journée de course en mer !

 

 

 

 

29.05.2014

Voile : 100 Milles du Golfe du Lion - Coupe de la ville

 

Gruissan Voile Les 100 Milles du Golfe du Lion .JPG

Cette année la régate « 100 milles du Golfe du Lion - Coupe de la ville de Gruissan », a eu lieu les 17 et 18 mai ; le traditionnel week-end de Pentecôte ayant été gardé en réserve pour le report éventuel du Rallye à Llançà. Les prévisions météo prévoyant un régime de brises variables et faibles, Gérard Cancel, président du Comité de course a renoncé au parcours prévu comportant une grande boucle vers Sète et retour avant d'aller virer une marque au large du Cap Leucate pour une course réduite à 66 milles. Le départ a été donné samedi vers 12 heures à 8 concurrents dont un venu de Canet. Après un aller-retour entre la ligne de départ et la bouée « au vent » près de la plage, une gentille tramontane propulsa les bateaux vers le cap Leucate avec, en cours d'après-midi, un brusque renforcement du vent. En début de soirée, des brises aussi légères que capricieuses forcèrent les concurrents à prendre des options tactiques, pas toujours payantes, afin de contourner, oui contourner et non traverser le parc conchylicole de Fleury. Une fin de tramontane retrouvée accompagna les bateaux vers la marque du Cap Leucate et les équipages eurent tout loisir d'admirer la beauté du soleil couchant derrière les Corbières. Avec la nuit et en s'éloignant de la côte, panne de vent, risées fantasques et perplexité pour trouver la bouée du houlographe : merci aux GPS, tablettes et traceurs. Enfin le dernier bord vers l'arrivée avec la brise de terre retrouvée et en prime un magnifique lever de lune. Dimanche, un petit cadeau souvenir fut remis aux concurrents et organisateurs au cours de la remise des prix honorée par la présence Louis Labatut, représentant la municipalité et la SNSM, suivie d’une petite collation amicale. Bravo à tous, merci au Comité de course qui a veillé jusqu'au petit matin et bravo à Joia, le A 35 de Canet, conçu et équipé pour la course qui remporte cette année le trophée devant Coyote et the Marco Paulo, voiliers du Gruissan Yacht Club .

 

 

02.05.2014

Voile : Le duo Cancel père et fils a remporté la régate du GYC

Gruissan Voile Le duo Cancel père et fils a remporté la régate du GYC photo 1.JPG

Après le coup de colère ayant provoqué l'annulation de la première manche, dame météo a coopéré pour la manche 2 du challenge. L'accalmie prévue, une toute petite fenêtre, a bien eu lieu. Le dimanche matin restait une tramontane modérée avec encore quelques rafales qui ont pimenté le déroulement de la régate. Patrick Sirven le président du comité de course avait prévu deux manches à courir sur un parcours technique dit « banane ». Le premier départ prévu à 11 heures ne fut retardé que de quelques minutes et les 17 concurrents dont un de Leucate et deux de Narbonne Plage franchirent en bon ordre la ligne de départ en direction de la bouée « au vent » mouillée près de la plage. Chacun choisit le bord lui paraissant le plus favorable. Le retour vent arrière permit à la majorité des coureurs d'envoyer le spi avec quelques figures pas toujours très orthodoxes : les variations du vent en force et direction, il est vrai, ne favorisaient pas les réglages. Deux manches furent donc courues à la satisfaction générale et la victoire est revenue au duo Cancel père et fils sur Esquijado devant Korrigane de Leucate et son équipage se charme. Belle journée prévue le 3 mai pour l'Atax Cup qui perpétue le souvenir du docteur Petitjean skipper de la longue série de bateaux baptisés ainsi.

Gruissan Voile Le duo Cancel père et fils a remporté la régate du GYC photo 2.JPG

09.10.2013

Voile : Une flotte de 19 bateaux a participé au Championnat de Ligue

Gruissan Une flotte de 19 bateaux a participé au Championnat de Ligue photo 1.jpg

En ce premier week-end d'automne, 21 et 22 septembre, Gruissan recevait la régate finale du Championnat de Ligue Languedoc-Roussillon couru en plusieurs étapes tout au long de l'année. Une flotte de 19 bateaux (c'est peu au regard du nombre de bateaux s'affrontant habituellement dans les Clubs) a donc régaté sous les ordres de G. Grenier assisté de membres du GYC. Toutefois, mention particulière à Oxygène, un des plus petits bateaux, qui a fait l’effort de se déplacer depuis Port Camargue malgré le temps. Le samedi après-midi, tradition oblige à Gruissan, une tramontane soutenue a permis au Comité de Course d'envoyer deux manches de type technique dites « bananes ». D'entrée, rappel général pour procédure cafouillée (seuls les stratèges du café du Commerce ne font pas d'erreur). Certains concurrents impatients, au second départ, ont allègrement franchi la ligne bien que le pavillon P (la minute) soit encore hissé. Donc rebelote, faux départ. Le troisième a été le bon et la flotte s'est élancée, dans un bon clapot, à la recherche de la bouée au vent mouillée près de la plage par les soins de Francis et Philippe. Les bords sous spi et au près se sont enchaînés sans problèmes majeurs pendant les deux manches. Dimanche, changement de décor : petite brise de terre faiblissante et promesse de brises marines avec rafales à 6 nœuds; de quoi donner la migraine au Comité de Course. Mais un petit sud-est s'est levé assez tôt pour permettre le bon déroulement d'une banane et d'un parcours côtier qui a amené les concurrents jusqu'à Saint Pierre au terme d'un long bord sous spi, avant de terminer devant les jetées de Gruissan. Bravo à Géminy le Sun Fast du GYC (Decourt / Rayssac) qui termine premier au classement général de ces deux jours de régates. Un apéritif offert par la municipalité de Gruissan et le GYC, agrémenté des chants marins de la chorale Arvag, a clôturé la lecture des classements et la remise des prix offerts grâce aux dons de nos partenaires : Office de Tourisme, professionnels du port et de la station. Un bien beau week-end sous le soleil et dans le vent !

Une flotte de 19 bateaux a participé au Championnat de Ligue photo 2.jpg

21.07.2013

Beau succès pour la régate Grand Narbonne

 

Gruissan Beau succès pour la régate Grand Narbonne.jpg

Dernièrement, le port de Gruissan et le Gruissan Yacht club assurant grâce à ses bénévoles, l’organisation technique, ont accueilli la régate du Grand Narbonne 2013. Cette régate promotionnelle réunit chaque année des élus des 38 communes de l’agglomération du Grand Narbonne autour d’une manifestation ayant pour objectif la découverte de l’activité voile du littoral. Cet événement doit pouvoir favoriser une prise de conscience de l’intérêt des différentes activités maritimes sur ce département de bord de mer. L’image du sport portée par le Grand Narbonne permet de promouvoir les sports nautiques et en particulier les différentes activités des ports du département.

Le vent prévu assez fort, le Comité de Course assuré par Henri Maurin du GYC et le couple D. et M. Vialet, ont souscrit à la philosophie fondamentale de la manifestation : convivialité avant tout. Le parcours de 8 milles nautiques environ, fut donc adapté aux conditions météo: faire évoluer en sécurité la flotte près de la côte en effectuant des allers retours devant les plages de Gruissan. Un briefing organisé le samedi au club house du GYC a permis de rappeler aux skippers les procédures de départ et les règles de priorité sur l’eau en régate, afin d’éviter tout incident. Un repas convivial après l’apéritif a conclu la journée et lancé des discussions « bateaux » à ceux qui sont restés.

Le dimanche matin, un tirage au sort a réuni un voilier parmi les 40 mis à disposition par les ports et clubs de Gruissan, Leucate, Narbonne plage et 3 élus des différentes communes de l’Agglo. Un brunch convivial a permis aux régatiers de partir en mer l’estomac bien calé et ainsi profiter au maximum du vent, des embruns et des surfs sur les vagues. La tramontane était bien au rendez-vous, 25 nœuds bien établis et 30 à 35 nœuds dans les rafales, des conditions musclées surtout au premier bord de près, de quoi surprendre les équipiers novices quand le bateau se met sur la tranche et qu’il est de bon usage de garder une main pour le marin afin de rester accroché. Pas de risque d’accident, les zodiacs de la sécurité et la SNSM restent vigilants autour des embarcations afin d’assurer un retour au port dans les meilleures conditions. Quelques embruns viennent mouiller les ponts des bateaux, décoiffent les équipiers, l’eau n’est pas si chaude, mais sèche vite pour laisser quelques grammes de sel collés sur les visages. La mer n’épargne pas non plus les marins qui imprudents, ont trop tendance à laisser traîner les pieds sur les petites vagues déferlantes.

Le départ est donné à 13h avec toutes les conditions de sécurité réunies afin de permettre à tous les concurrents d’évoluer dans les meilleures conditions. Effectivement, peu d’incidents viendront perturber les coureurs. Dès le coup de canon qui annonce le départ, les bateaux se sont élancés sur la ligne, les plus rapides devant, tandis que d’autres concurrents plus prudents profitent du spectacle en toute sécurité. La ronde des bateaux commence à tourner autour des bouées, les rouges, les jaunes, les blanches, celles qu’on doit laisser à tribord, celle qu’on doit laisser à bâbord, pas toujours simple de se repérer ! Le Comité de Course est conciliant, et profite du spectacle peu commun dans l’enchaînement des virements de bouées. Très bonne ambiance sur tous les bateaux, rires et applaudissements concluent le passage de la ligne d’arrivée sous un soleil radieux. Le classement ? Il y en eu un comme pour toute confrontation : Sealance, le A 40 de Leucate avec l’équipage de Caves remporte l'épreuve. L’ensemble des bateaux participants se sont aussi vu remettre en remerciement de leur participation différents vins du département. Véritable fête de la voile, cette régate a cette année encore rassemblé les élus, régatiers et amateurs venus entre amis ou en famille de toute les communes du Grand Narbonne. Souhaitons pour l’édition suivante, une aussi bonne météo et encore plus de participants. Bravo à tous et à l’année prochaine !

 

 

10.06.2012

Voile : Oh yeah Satané Mirza…

Gruissan Voile Satané Mirza remporte la coupe de la ville photo 1.JPG

 

Où est donc passé ce chien
Je le cherche partout
Où est donc passé ce chien
Il va me rendre fou
Où est donc passé ce chien
Oh! Ça y est je le vois !

Mais trop tard, le voilier Gruissanais qui a pris pour nom le titre de la chanson de Nino Ferrer, Satané Mirza, soutenu par la Ville de Gruissan, son Office de Tourisme et le Gruissan Yacht Club montre qu’un petit bateau bien affûté et bien mené peut damer le pion à de nombreux croiseurs. La brise était absente en ce week-end de Pentecôte, cela restera aussi ancré dans la mémoire de nombreux régatiers languedociens ! Samedi 26 mai à 12 heures précises le Comité de course lance la procédure de départ. Profitant d’un petit « Grec », vent d’Est de 8 à 10 nœuds, les 18 bateaux s’élancent vers la bouée située au large de Sète. La flotte s’attend à une nuit de course peu ventée et profite de ce vent pour choisir la tactique qui déterminera les positions au moment où le vent mollira pendant la nuit. Une brise thermique pourrait s’établir après le coucher du soleil, il faudra être bien placé pour la recevoir avant les autres concurrents. Après une bonne hypothèse tactique, le leader Gruissanais a profité des vents pour s'échapper au bon moment alors que l’ensemble de la flotte se trouvait coincée dans la bulle déventée se déplaçant lentement vers le large. Alors que les bateaux les plus rapides, tel que les First Class Leucatois (YCPL) et Agathois (SORAC) allaient tirer de longs bords vers le large, faisant de la route pour peu de gain en vent, Satané Mirza se faufilera le long des Cardinales des bases conchylicoles de Valras et Fleury afin de rejoindre la marque de parcours située devant le port de Gruissan. Seuls 5 voiliers réussiront l’exploit de rejoindre Gruissan au petit jour pour prendre la direction de Cap Leucate et tenter de revenir avant l’heure de fermeture de la ligne d’arrivée vers midi le lendemain dimanche. A l’exemple des rugbymans qui rêvent tous de brandir un jour le bouclier symbolique, les voileux gruissanais ont aussi leur « Planchot » de bois sur lequel est gravé chaque année le nom du vainqueur de la Coupe de la Ville de Gruissan. Il s’agit d’un trophée symbolique, en forme de voile reprenant la silhouette de la Tour Barberousse, fixé sur une planche de bois. Satané Mirza, grand vainqueur 2012, y inscrit son nom en remportant de façon magistrale les 100 Milles du Golfe du Lion, Coupe de la ville de Gruissan, 6ème étape de la Coupe de la Ligue FFV de la ligue Languedoc-Roussillon.

Gruissan Voile Satané Mirza remporte la coupe de la ville photo 2.JPG

C’est avec une grande fierté que Jean Roques, président du GYC, organisateur de cette compétition, a pu remettre ce trophée à Henri Maurin skipper de Satané Mirza et à son équipage. Henri Roques, Vice-président de la Ligue et Jean-Claude Méric, directeur général de la station, secrétaire général de la Fédération Française de Voile ont pu souligner à cette occasion le dynamisme et les qualités d’organisation du Yacht club Gruissanais. Avec les félicitations à l’ensemble des participants, ils ont aussi pu donner un nouveau rendez-vous au Port de Gruissan pour le 15 septembre, date à laquelle le GYC recevra les meilleurs voiliers régionaux pour le Championnat de Ligue 2012.

 

Commentaires de Henri Maurin, skipper de Satané Mirza :

« Régater avec des bateaux bien plus gros, ce n’est pas l’habitude de Satané Mirza plus aguerri à croiser le stick avec les bateaux de sa classe monotype. Dés la ligne de départ nos doutes se confirment par la vitesse supérieure des autres concurrents. Il va falloir adopter une stratégie qui puisse nous permettre, au royaume des plus grands, de montrer que les plus petits peuvent se montrer parfois plus malins. Les premiers bords au large nous permettent par des manœuvres plus nombreuses et plus rapides de rester dans les premiers de la course. L’ambiance sur Satané Mirza, bien que détendue, privilégie la communication et la concentration. Nous exploitons toutes les réglages possibles du bateau et restons très vigilants aux moindres informations du plan d’eau. Notre stratégie va montrer toute son efficacité sur un choix tactique en passant le cap d’Agde où, au lieu de suivre les premiers concurrents au large, nous virons vers la côte et réussissons à faire la cuillère aux plus gros en arrivant en deuxième position sur la bouée de Sète. Pariant sur un vent favorable Sud à venir nous adoptons pour le retour la même stratégie. Nuit magique en bord de côte éclairé par un premier quartier de lune, équipage au rappel pour affronter les vagues venues du Sud et poussé par un train de houle résiduelle, une allure bon plein où nos 7 à 8 nœuds en pointe nous permettent de virer le phare de Gruissan à 4 heures du matin pour plonger vers Leucate dernière bouée du parcours. Arrivée sur la ligne vers 9 heures, en troisième position après 21 heures de course, le temps compensé nous donnera la victoire avec 34 minutes d’avance sur le second. Satisfaction de l’équipage Gruissanais qui permet au GYC de conserver la Coupe de la ville pour un an et d’inscrire son nom pour la première fois sur le « Planchot » en bois du Trophée des 100 Milles du Golfe du Lion. »

 

11.05.2012

Voile : le GYC organise une Atax cup 

Gruissan Voile le GYC organise une Atax Cup.JPG

Jean Roques, président du Gruissan yacht club, raconte pourquoi une Atax cup est organisée à Gruissan, samedi 12 et dimanche 13 mai :
Des responsables du GYC ont pensé donner ce nom à cette régate en souvenir du docteur Petitjean, pionner régional de la course en mer. Ses voiliers avaient pour nom Atax, du nom du fleuve Aude dans l’antiquité. Dans les années 50, le Dr Petitjean pratiquait sa passion sur l'étang de la Nautique, aucun port de plaisance n'existant sur notre littoral. Puis ce fut la mer, avec un dériveur lesté construit à Valras au chantier artisanal Perrone. C'est l'ancêtre de la lignée des Atax, suivit la série des classes III de l'époque.
Le numéro III, véritable coffre-fort en acier, mais en forme, construit en Hollande. Il marchait quand il le voulait bien, allergique au clapot dans le petit temps (au cours de la Giraglia 69, ma première, on comptabilisait autant le nombre de 360 incontrôlables effectués pendant le quart, que les milles). Résultat : 96 heures pour le parcours San Remo-Giraglia-Toulon, presque le temps limite imparti.
S'ensuivit le Chance 37 qui s'illustra en particulier à la SNIM et à la Giraglia.
Ensuite, le numéro V, prototype en alu dessiné et construit par Langevin pour la One ton cup. C'était déjà l'apparition des «machines à gagner», spécialisées et malgré ses qualités, il n'eut pas le palmarès escompté: toutefois c'était un vrai bateau sur lequel on vivait fort bien. Un ancien membre du club, passionné de la mer, Jean Gattoni qui nous a malheureusement quittés, le racheta.
Enfin, l’Atax VI, ancien Lady be good qui courait en Atlantique, dont la carène servit de moule au First 42. Aménagements minimalistes, régate oblige et séances d'acrobatie pour aller sous le vent régler le génois et escalader le pont pour reprendre sa place au rappel. Ces longs convoyages et les courses à travers la Méditerranée ont permis à quelques régatiers de découvrir et pratiquer la haute mer, de côtoyer des personnages comme Michel Malinovski, skipper du Chance 37 qui, lors d'une SNIM fort ventée, nous permit de boucler la grande course en compagnie des classes I et II; ce qui créât l’étonnement sur les pontons marseillais! C’était aussi la grande époque de Gaston Deferre avec ses « Palinodie » et de Karajan avec ses « Hélisara »… Voilà pourquoi les souvenirs d'Atax et de son skipper doivent rester vivants dans notre club. Quand à la disparition du docteur Petitjean, son fils m'a proposé de récupérer une partie de ses trophées, j'ai accepté avec plaisir de les confier au GYC: ils veillent actuellement sur les étagères aménagées par un autre ancien du club: Dédé Allard, fidèle bénévole, toujours prêt à rendre service au club. Enfin sachez aussi, vous tous qui êtes en train de prendre la relève, que par un beau matin, en partance pour Llança, la flottille du GYC à la suite de son président Jean-Pierre Pujol, a participé avec beaucoup d'émotion à la dispersion des cendres du docteur Petitjean devant Gruissan par son fils depuis le bord de son dernier Atax.
Le rendez-vous est donc pris le week-end prochain.