02.05.2009

Entreprise : Tamarindo Pura Vida surfe sur la vague du succès

IMG_2849.JPG

Le smoothie n'est pas qu'une mode européenne. C'est une tradition culinaire en Amérique Latine depuis plus de 40 ans où, l'on consomme des jus de fruits à gogo, des enfants aux sportifs en compétition. C'est comme cela que sur une idée ingénieuse soumise par l'un de ses fils, Charles Almeida est revenu en famille s'installer à Gruissan après avoir passé 7 années sous le soleil du Costa Rica avec dans ses valises un concept inédit qui depuis près d'un an ne cesse de gagner du terrain. 

L'idée de départ était de proposer en toute saison des jus de fruits frais, sans les contraintes de conservation, de maturité et de livraison. Le concept que Charles Almeida a développé en lien avec les techniciens de l'INRA a très vite abouti : coupés en petits morceaux puis mis en sachets sous vide et surgelés, les fruits frais gardent  ainsi toutes leurs qualités gustatives et nutritionnelles.

Un produit simple et 100 % naturel, ces «fruits à boire» qui donnent la pêche déferlent dans notre région. Finie l'ère des cocktails : place aux smoothies ! De l'anglais "smooth" (onctueux, lisse), ces boissons à base de fruits, mi-purée, mi-jus, font un véritable carton. En version minute dans les bars à jus et les salons de thé, les smoothies sont partout. Leur mission : dynamiser, nourrir, rafraîchir, et... faire plaisir.

 Rencontre avec un businessman qui nourrit d'importantes ambitions

Durant l'été dernier, Tamarindo Pura Vida a installé son enseigne en trois lieux place Carnot à Carcassonne, à la Cité et à Gruissan. Que s'est il passé depuis ce premier test qui fut plutôt concluant ?

 « Après l'incroyable succès rencontré durant la saison dernière sur ces trois points de vente, j'ai trouvé ici à Gruissan un local  que nous avons aménagé et structuré durant l'hiver afin de mettre en route l'atelier de fabrication. Ainsi, nous avons créé 3 emplois et ce n'est pas fini car nous comptons faire deux équipes cet été et pour se faire allons recruter d'ici le mois de juin. Nous nous sommes réellement structurés commercialement depuis le mois de janvier en développant 3 secteurs sur les départements de l'Aude, des Pyrénées Orientales et de l'Hérault et mettons actuellement en place une stratégie pour être les premiers à mettre le smoothie surgelé en vente en grande distributionParallèlement à l'ouverture de l'usine gruissanaise nous avons ouvert en janvier dernier, une unité de production  similaire à Barcelone  afin de couvrir le secteur catalan.»

 Qui sont vos fournisseurs ?

 « Côté fournisseurs, nous favorisons les filières locales ou régionales, comme pour la pêche, le melon, les nectarines et un arrivage d'Espagne s'effectue une fois par semaine. Pour le reste, nous nous tournons vers les pays de production. L'idée, c'est d'avoir tous les fruits possibles pour que les consommateurs composent le jus de fruit qu'ils souhaitent. »

 Votre axe de développement semble s'orienter également vers le sport ?

 « Effectivement, le concept est vraiment de pouvoir redécouvrir les bienfaits d'une boisson non alcoolisée dont les apports nutritionnels  riches en  vitamines C et A notamment, minéraux et oligo-éléments  sont essentiels pour afficher un tonus et une santé à toute épreuve.  Nous nous orientons vers tous les clubs sportifs quelle que soit leur discipline. De plus nos actions de sponsoring soutiennent également de grands évènements comme prochainement  le Défi Wind,  notre produit est également associé à des raids  VTT. »

 Quels sont vos objectifs à court terme ?

 « Nous allons limiter jusqu'à la fin de l'été notre développement aux 3 départements sur lesquels nous  sommes implantés. Nous prévoyons de livrer pour cette saison 400 000 doses et voulons prendre le temps de soigner notre clientèle avant de passer à la vitesse supérieure en 2010. De plus, actuellement nous nous consacrons pleinement à la mise en place de notre produit en grande distribution et ouvrons 3 petits bars en Espagne. Puis dans la continuité  je souhaite développer la même chose au Portugal et au Maroc qui nous ont sollicité ».

Après Gruissan et  Barcelone, Charles Almeida désire  que son concept soit  d'ici un an partout en France et en Espagne, grâce à son brevet exclusif. Des projets ambitieux pour une petite entreprise familiale et 100 % indépendante qui ne connait pas la crise.