09.06.2009

Cérémonie du 6 juin : mise en valeur du patrimoine militaire gruissanais

 1.JPG

À l'occasion du 65e anniversaire du débarquement allié en Normandie, l'association Patrimoine militaire gruissanais présidée par Jean-Luc Armengaud a ouvert au public le samedi 6 juin sur l'île Saint Martin, face à l'Ayrolle, le  camp composé de 17 blockhaus occupés par les Allemands pendant la seconde guerre mondiale. 
 
8.JPGUn travail de mémoire entrepris, il y a un an jour pour jour, par une bande de copains passionnés qui a mis à jour un réseau impressionnant de tranchées, salles et Tobrouks.  Et ce, grâce à la signature d'une convention signée avec la commune permettant d'effectuer des fouilles, de protéger et de mettre en valeur ce site exceptionnel qui fut occupé dès novembre 1943 par les troupes allemandes mais aussi par des Italiens, Polonais et Russes. Pour ce faire,  ils sont une  quinzaine de bénévoles à avoir travaillé régulièrement sur ce chantier. Un travail de passionnés car tout a été  dégagé manuellement. Des tonnes de terre arrachées aux entrailles d'une colline mutilée par des années d'occupation. Car au delà de la découverte, du plaisir des fouilles, c'est certainement le devoir de mémoire qui a motivé cette équipe. Seulement armés de pioches et de pelles, ils ont effectué un travail « titanesque » y consacrant la plupart de leurs week-ends.  Avec pour  objectif  de replacer l'histoire locale dans la grande histoire afin que les nouvelles générations sachent que leurs ancêtres ont connu des années très difficiles.
 
Pour fêter ce devoir de mémoire et le premier anniversaire de l'association, c'est une équipe soudée, liée par le partage et le sens du devoir. Une équipe de vaillants  travailleurs de force  qui a eu le plaisir d'inaugurer une grande partie ce camp allemand  marquant d'une empreinte indélébile une page de l'histoire locale. Une journée qui s'est déroulée  en toute convivialité avec l'aimable participation de l'association Forty Four memory de Montpellier et l'association catalane Véhicules patrimoine collection venues avec de nombreux véhicules et costumes d'époques.

Un rendez-vous auquel n'ont pas manqué de participer le maire, Didier Codorniou, Andrée Domenech, adjointe chargée des associations  et Denis Besse, conseiller municipal venus féliciter «  la troupe »  pour son incroyable travail.
 

7 (2).JPG


En effet, la visite du camp  enterré se révèle particulièrement étonnante. L'accès se fait  par une tranchée où une suite de salles fait imaginer la vie d'un camp qu'occupaient entre 60 et 70 soldats et officiers. Les noms de salle en disent long sur l'organisation ; « W.N. Komand » poste de  commandement, « Sänit » l'infirmerie, « Küche », la cuisine  « Verpleg » l'intendance,  et autres inscriptions sont toujours présentes sur les lieux et chaque pièce a retrouvé de son authentique grâce à un impressionnant travail de recherches et à de multiples informations relevées sur place.

9 (2).JPG
9.JPG

Mais ces  travaux de reconstruction  ne sont qu'une infime partie de la grande aventure commencée par l'association qui s'attaquera dans un futur proche à  la réhabilitation d'un autre camp situé sur le Pech des moulins au cœur du village.
 
En attendant ce nouveau chantier, les bénévoles du patrimoine militaire gruissanais proposent à compter de ce jour et pendant toute la période estivale des visites guidées gratuites ouvertes à tous les mercredis et samedis de 15 h 00 à 18 h 00.
 
 Pour de plus amples informations contactez l'association : « Patrimoine Militaire Gruissanais » Président Jean-Luc Armengaud au 06 85 19 46 79 - email : jeanlucny@tele2.fr 3.JPG

Rappel Historique :
 
En novembre 1943, les troupes allemandes entrent dans Gruissan et font évacuer le village, seules quelques personnes seront autorisées à rester. Ils font construire immédiatement tout un dispositif de défense militaire. En 1944, 2 à 3 000 soldats allemands basés sur le village attendent un éventuel débarquement des alliés sur les côtes du Languedoc. Pour cela, ils ont mis en place un réseau de plus de 200 blockhaus, lignes de défense fortement armées, pour parer aux assauts des libérateurs. Le 6 juin 1944, les alliés débarquent en Normandie, les Allemands quittent Gruissan laissant derrière eux des kilomètres de tunnels, de tranchées et des tonnes de munitions.

À savoir ...
 
Tobrouk : c'est pendant la bataille de Tobrouk, sur la côte libyenne, que les défenseurs utilisèrent ces emplacements de combat bétonnés constitués d'une ouverture circulaire. Appelé aussi «Ringstand» son ouverture permet un champ de tir de 360°. Il existe plusieurs adaptations du modèle standard pour utiliser mitrailleuse, mortier, canon antichars, lance-flamme, binoculaire, projecteur et éventuellement tourelles de char.  
 

L'ensemble des photos est à découvrir dans l'album photos sous forme de diaporama