22.10.2010

L'Entresort fait son festival d'automne

IMG_0166 entresort.JPG

Fidèle au poste, le Théâtre de l'Entresort se joue de la morosité ambiante et se tourne résolument vers la joie, l'art et la bonne humeur en ouvrant le rideau sur son 2ème Festival d'Automne qui se déroulera du 26 octobre au 1er novembre. Soit 7 soirées, 4 spectacles, du rire et de la musique !!!

Au programme de cette seconde édition, la soirée du 26 octobre présentera « Pièces d'Identité » de Jean-Marie Piemme mettant en scène des individus qui nous ressemblent, aisément reconnaissables, médiatiques peut-être même, et qui vacillent à la recherche de leur identité.
Puis les 27 et 28 octobre, le théâtre de l'Entresort proposera de redécouvrir avec délectation les textes de scène de l'un de nos plus grands humoristes cyniques. Bernard Laborde, seul sur les planches, renoue cette fois ci avec les humeurs et l'humour grinçant d'un Desproges multiple, complexe, paradoxal dans une mise en scène tout à fait personnelle avec des textes choisis, entrecoupés de petites chansons qui donnent naissance à « Flagrants délires », un spectacle plein d'humour sur la société actuelle.

Les 4 soirées qui suivront laisseront place à la musique. Le groupe « L'empreinte », composé de Gilles Carles et Philippe Cataix, interprètera les 29 et 30 octobre, un tour de chants mettant en musique et en voix des textes classiques et contemporains tirés du théâtre ou de la littérature d'auteurs connus, méconnus ou oubliés. Artisans, musiciens, bricoleurs de sons, Carles et Cataix, deux voix, des percussions, une guitare électrique et un accordéon.

La seconde édition de ce festival d'automne s'achèvera en compagnie de « Accordéon la Chanson » composé de Malhouse et Dorine, les 31 octobre et 1er novembre, avec un répertoire composé d'incontournables tels Brel, Aragon, Reggiani, Caussimon, Piazzola ...
Tous les spectacles commencent à 21h, réservations fortement conseillées au 04 68 75 02 73/ Tarif 15 euros

19.07.2010

«Pièces d'identité» et «La Petite Histoire» de retour à l'Entresort

IMG_9540 (2).JPG

Finies les vacances, le théâtre de l'Entresort situé au coeur du village, ouvre à nouveau ses portes au public à compter du mercredi 21 juillet avec au programme de l'été deux spectacles à découvrir. Ainsi, les comédiens Mireille Huchon et Bernard Laborde remontent sur les planches pour présenter tous les mercredis et jeudis soirs à 22h00, «Pièces d'identité» de Jean-Marie Piemme. Un spectacle qui met en scène des individus qui nous ressemblent, aisément reconnaissables, médiatiques peut-être même, et qui vacillent à la recherche de leur identité.  Les personnages tentent vainement de se situer dans un monde de pouvoir, de commerce et de simulacres, un monde qui les rend traîtres à eux-mêmes.

3.JPG

Les soirées des vendredis et samedis seront quant à elles rythmées à partir de 22h00 par «La petite histoire» de Eugène Durif, très librement inspiré par l'œuvre de William Shakespeare. L'auteur imagine un père et une mère condamnés pour l'éternité à nous raconter l'histoire de leurs enfants. Ils s'appelaient Roméo et Juliette , ils sont morts pour avoir osé s'aimer, pour avoir bravé la haine ancestrale qui divisait leurs familles. Mis en scène par Mireille Huchon dans un cimetière improbable où trônent les caveaux des deux familles, les deux fantômes racontent cette «petite histoire» car il n'est jamais trop tard, pensent-ils, pour rappeler que l'amour doit triompher de la haine. Dans une mise en scène où l'illusion, la simulation seront de mise, tant par le décor que par l'interprétation des comédiens, les parents de Roméo et Juliette devront donc jouer tous les autres personnages de la pièce. Deux spectacles à découvrir jusqu'à la fin août. Réservations conseillées au  04 68 75 02 73/ Tarif 15 euros - réduit 10 euros.

 

04.05.2010

Spectacle : L'Entresort présente «Pièces d'Identité», sa nouvelle création

IMG_9534 (2).JPG


Après avoir présenté leur nouvelle création sur la scène nationale du théâtre de Narbonne, Le théâtre de l'Entresort qui travaille depuis 2001 à la promotion du spectacle vivant, avec une attention toute particulière pour l'écriture dramatique contemporaine propose pour l'ouverture de sa saison 2010 «Pièces d'Identité» de l'auteur, Jean-Marie Piemme. Un témoignage sur notre époque, vibrant, insolent et lyrique à découvrir du vendredi 7 mai au samedi 5 juin à 21h00.
Constitué de fragments de l'œuvre uniquement liés entre eux par une logique poétique, «Pièces d'Identité» donne à entendre un théâtre actif, un théâtre nouveau, résolument tourné vers l'urgence de la chose à dire. C'est un projet d'acteurs, terriblement contemporain, une prise de parole actuelle, poétique, volontaire, une confidence, aujourd'hui, sur nos doutes, notre enthousiasme, bref, sur ce que nous pourrions appeler notre identité !

IMG_9551 (2).JPG


«Pièces d'Identité » met en scène des individus qui nous ressemblent, aisément reconnaissables, médiatiques peut-être même, et qui vacillent à la recherche de leur identité.
Sur des airs de Rita Mitsouko ou Sounds 4 éléments..., les souvenirs surgissent, des fragments de vie, intenses, uniquement liés entre eux par une logique poétique (en références aux « Fragments » de Roland Barthes), et cette «vie» est présentée sur scène, proposée au public par ces personnages comme justification de leurs doutes, de leur recherche à s'identifier: «On est gros, on est gras, on a le cancer, on s'emmerde, on étouffe, l'indifférence nous rit au nez, les temps qui viennent ne seront peut-être pas habitables par des gens comme nous.» (Piemme / « Chronique de ces années-là - Livre d'images » ). Un nouveau spectacle interprété par Mireille Huchon et Bernard Laborde du vendredi 7 mai au samedi 5 juin à 21h00. Réservations conseillées au 04 68 75 02 73/ Tarif 15 euros - réduit 10 euros. Plus d'infos sur www.theatre-entresort-gruissan.com

IMG_9575.JPG
IMG_9579 (2).JPG

28.03.2010

Le seul en scène «adogmatique» de Pierre Laxague a fait un tabac !

1.JPG


Dans l'ambiance décalée et conviviale de son espace de création, le théâtre de l'Entresort a accueilli durant deux soirées , «Sexe, mort, vie sociale». Un spectacle mené de mains de maître par le comédien et auteur toulousain, Pierre Laxague qui écume les routes de France depuis l'an passé avec un «seul en scène» des plus détonnant. Un facétieux spectacle offert comme une perle de drôlerie et de questionnements par un comédien qui enchaîne les mots avec virtuosité tout en provocant jusqu'au bout l'effet de surprise. Pierre Laxague ose tout, se permet tout, n'a peur de rien ! Tel un grand escogriffe, il entre en scène vêtu d'une burka. Une fois le voile tombé, il apparaît sous les traits de Fatima qui joue de la guitare électrique en nuisette et portes jarretelles. Une jeune femme cloitrée mais pas soumise pour autant puisque le sexe mène la danse à la maison. Une confrontation sans état d'âme entre la condition féminine, la religion et le sexe. Trois thèmes qui amènent peu à peu l'auteur à se demander pourquoi il n'existerait pas un prophète femme ? Le public adhère et devient le confident des personnages loufoques et dégingandés mené avec brio avant d'enchaîner par une version revisitée des «Dix commandements». Une belle maîtrise à tenir la scène, à changer de peau et à faire passer des messages. Comme dans un match d'improvisation, la provocation et l'absurde sont les bienvenus. Et dans ce domaine, Pierre Laxague excelle avec érudition et finesse, sans jamais tomber dans la vulgarité. Une confrontation aiguisée entre condition féminine et religion qu'il fallait oser. Un défi réussi pour l'artiste, un régal pour les spectateurs !

2.JPG
3.JPG
4.JPG
IMG_1016.JPG

16.03.2010

Théâtre : «Sexe, mort, vie sociale» de Pierre Laxague débarque à l'Entresort

affiche_sexe, mort, vie sociale.jpg


C'est après avoir longtemps été à la dure école du théâtre de rue, entre Agit et le Théâtre Itinérant de la Cabane que depuis 2009, le toulousain, Pierre Laxague s'est lancé seul en scène avec son spectacle intitulé «Sexe, mort, vie sociale». Un défi réussi pour ce comédien, musicien et chanteur qui se met habilement dans la peau d'une femme à travers la liberté d'expression de l'auteur qu'il est. Sur scène, et en tenue légère, il livre au public avec un humour cru et provoquant sa vision sans concession sur le rôle des femmes, la religion, le sexe, le coran et tant d'autres sujets qui interpellent. Alors pour montrer aux hommes ce que les femmes privées de liberté ont dans la tête. Pierre Laxague apparaît sous les traits de Fatima. Épouse de Omar Molha, un intégriste égoïste et violent, Fatima joue de la guitare électrique en nuisette et portes jarretelles et dévoile sa vie amoureuse de jeune femme cloîtrée. Une confrontation sans état d'âme entre la condition féminine, la religion et le sexe qui amène peu à peu l'auteur à se poser la question suivante : Pourquoi n'y aurait-il pas un «messie femme?» Car comme le souligne Pierre Laxague riche d'une culture philosophique et religieuse sans borne : « pour le moment il n'y a eu que des mecs comme envoyés du seigneur et ils ont pris tous les postes !!!» C'est écrit, ça dépote, ça décape et ça désopile! Un spectacle qui interpelle et se révèle être porteur de débats , déconseillé aux moins de 14 ans, et à découvrir sans plus tarder.


Représentations à 21h00, le vendredi 19 et samedi 20 mars sur les planches du théâtre de l'Entresort au 2 rue Espert à Gruissan. Renseignements et réservations conseillées au 04 68 75 02 73.  Tarif: 15 euros / réduit : 10 euros. 
 

sexe, mort, vie sociale.JPG

Fatima fait deux mètres de haut et a l'envergure d'une albatros. Elle joue un peu de guitare électrique saturée et vie sa vie de jeune femme cloîtrée

014.JPG

 Un spectacle à découvrir pour deux soirs seulement ... le vendredi 19 et samedi 20 mars

IMG_8610.jpg

 L'Auteur,  musicien et  comédien, Pierre Laxague ose tout, n'a peur de rien et c'est diablement drôle !

27.02.2010

Carton plein au Cabaret Cinoche !

5.JPG

Durant ces deux soirées, le réalisateur J. Mitsch et J.Claude Courdil, président de la Société Botanique de Gruissan, sont venus débattre auprès du public sur « le plateau TV » de l'Entresort.

Ce fut une joyeuse bousculade ce week-end devant les portes de l'Entresort qui proposait pour la seconde édition de son Cabaret Cinoche, deux soirées consacrées au 7e art, dans l'esprit des cinémas d'antan. Le théâtre de poche a ainsi fait salle comble pour le plus grand bonheur des maîtres des lieux qui avaient préparé avec soin une mise en scène pleine d'humour autour de la projection de L'esprit des plantes de Jacques Mitsch.

plantes7.jpg


C'est en présence du réalisateur toulousain et d'un autre invité de choix en la personne de Jean-Claude Courdil, président de la société botanique gruissanaise, que le public a pu partir à la découverte du monde végétal grâce à ce documentaire posant la question suivante : Les plantes sont-elles dotées d'une intelligence ? Pour cela, Mitsch est parti caméra sur l'épaule, à la rencontre de scientifiques en Afrique du Sud, au Japon, en Allemagne où chacun a exploré un nouveau domaine de recherches, dénommé «la neurobiologie des plantes» afin de démontrer que leur intelligence est belle et bien une réalité. A travers l'oeil expérimenté et passionné du documentariste, le film se déroule tel un très bon polar mêlant intrigues, suspens, enquêtes et interrogations de spécialistes, le tout agrémenté de très belles images. Mitsch livre ainsi, un superbe documentaire et non pas un reportage, monté telle une fiction tout en restant conforme à la réalité avec une rigueur scientifique qui amène tour à tour le public à percer différents mystères. En Afrique du Sud, un spécialiste des grands herbivores africains enquête sur la mort répétée de Koudous. Après prélèvements et autopsies des corps, les coupables sont découverts : ce sont les acacias qui une fois, agressés par les antilopes gourmandes de leurs feuilles, dégagent , un gaz de défense toxique pour les animaux. Puis en France, un passionné de plantes carnivores, conte la fascinante stratégie de la plante cobra pour attraper ses proies. Sans parler de la sensibilité musicale du Desmodium girans et de la mémoire des légumineuses. Après cette invitation à changer notre regard sur cette flore fascinante, sketches et «vrai-faux» journal télévisé ont été interprétés, tambour battant par l'incontournable duo Laborde-Huchon. En fin de soirée, Jacques Mitsch et Jean-Claude Courdil ont rejoint la scène transformée en plateau TV pour venir débattre avec les comédiens et le public. Une première expérience pour le gruissanais, Jean-Claude Courdil, plus habitué à arpenter garrigues et bordures lagunaires qu'à monter sur les planches. Mais pour ce passionné observant depuis plus de 50 ans le spectacle vivant et toujours renouvelé du monde vital, cette expérience était l'occasion de peaufiner des débats qui s'ébauchent parfois au cours des sorties botaniques que l'homme organise mensuellement.

IMG_0908.JPG
 Un exercice inédit pour Jean-Claude Courdil qui a pris énormément de plaisir à participer au Cabaret Cinoche.

Retour sur les impressions de Jean-Claude Courdil qui malgré le tract, a pris du plaisir à cet exercice inédit : «Les deux séances ont été très intéressantes. Contrairement à ce que l'on pourrait penser dans le cadre d'un théâtre, rien n'avait été préparé. Je veux dire que, ni Jacques Mitsch ni moi-même ne savions quelles questions allaient être posées de la part des comédiens, et bien évidemment du public. Le premier soir, sur les sollicitations de Bernard Laborde, J. Mitsch et moi-même avons pu nous exprimer assez longuement. Lui sur son film et moi sur des sujets qui me tiennent à cœur, du monde végétal. Le tout pimenté par les intermèdes burlesques de «Mme Truchon». Lors de la seconde soirée, de nombreuses questions , plus ou moins variées et souvent très « pointues » ont été posées par un public enthousiaste et très réactif. Deux soirées intéressantes, l'une riche et calme, l'autre plus animée et infiniment vivante. La preuve est faite, il me semble, qu'il existe un public pour ce genre de manifestation dont je ne connais pas d'équivalent dans la région».

6.JPG
Depuis une vingtaine d'années, le réalisateur J. Mitsch, connu pour son humour décalé, alterne réalisation de courts métrages et documentaires. L'Esprit des plantes est son 6e documentaire commandé par Arte.

Même écho du côté du réalisateur, très satisfait de l'accueil réservé à son travail. « Formidable, le Cabaret Cinoche a permis de donner une autre vie à mon film et de rencontrer le public, c'est une très bonne formule à renouveler».

La preuve est faite, le Cabaret Cinoche est bel et bien un tout foisonnant.

 Info + : Pour tous ceux qui ont raté le Cabaret Cinoche, L'Esprit des plantes  sera rediffusé sur Arte le lundi 1er mars à 16 h

1.JPG

 Sketches et «vrai-faux» journal télévisé ont été interprétés, tambour battant par l'incontournable duo Laborde-Huchon.

22.12.2009

Théâtre : «La petite Histoire», d' Eugène Durif à L'Entresort

3.JPG

«Il faut vivre et partir, ou rester et mourir... ». Très librement inspiré par l'œuvre de William Shakespeare, Eugène Durif imagine un père et une mère condamnés pour l'éternité à nous raconter l'histoire de leurs enfants. Ils s'appelaient Roméo et Juliette, ils sont morts pour avoir osé s'aimer, pour avoir bravé la haine ancestrale qui divisait leurs familles. Mis en scène par Mireille Huchon dans un cimetière improbable où trônent les caveaux des deux familles, les deux fantômes racontent cette « petite histoire » car il n'est jamais trop tard, pensent-ils, pour rappeler que l'amour doit triompher de la haine. Dans une mise en scène où l'illusion, la simulation seront de mise, tant par le décor que par l'interprétation des comédiens, les parents de Roméo et Juliette devront donc jouer tous les autres personnages de la pièce. Ce sera un plaisir pour les acteurs de pouvoir interpréter, à deux, des morceaux originels de l'œuvre du génie. Merci Eugène Durif ! Pour sa nouvelle création, l'équipe du Théâtre de l'Entresort avait envie d'une « petite histoire », de celles qui parlent d'amour, de fantômes aussi, de vieux grincheux, de jeunes fous, de gentils, de méchants, de bagarres... C'est chose faite !!!

Un spectacle drôle, tendre et émouvant avec Mireille Huchon et Bernard Laborde à découvrir du 24 au 31 décembre, à 21 h. Et les 2, 3, 9, 10, 16 et 17 janvier, à 21 h. Relâche le 25 décembre.

Mise en scène, scénographie : Mireille Huchon, Décors : Bernard Laborde. A la régie : Andrès Tovar, costumes : Gisèle Chaix, univers sonore : Pascal Escudié, coiffures, Salon de coiffure Maxim's, et avec le soutien du service culturel de la ville de Gruissan.

 Info + : Pensez à réserver au 04 68 75 02 73.

Tarif 15 euros / réduit 10 euros

Info programme sur www.theatre-entresort-gruissan.com