22.09.2011

« Le petit atelier » présente « Vous avez-dit théâtre ? ...»

Gruissan le petit atelier 1.JPG

Après avoir rencontré un vif succès en mai dernier, la troupe de comédiens amateurs du «Petit Atelier» théâtre de la MJC  remonte sur les planches du palais des congrès le vendredi 23 septembre  à 21h  afin d'offrir au public  un spectacle convaincant . Fruit du travail accompli tout au long de l'année, cette pièce intitulée « Vous avez-dit théâtre ? ...», mise en scène par Michèle Martin, assistée de Geneviève Pouille, permettra à 7 comédiens d'évoquer l'univers du théâtre sous diverses formes à travers des extraits d'œuvres d'auteurs de différentes époques. Emanuelle Adams, Catherine Ponge, Marie-Agnès Ducasse, Michèle Moulin, Simone Piernas, Mélanie Veyret et Michel Ponseti  donneront , un aperçu des exigences de jeu, de celles du jeu à proprement parlé qu'il soit programmé ou pas et de tous les aléas que les comédiens peuvent rencontrer sur scène. Le tout, à travers des textes classiques et contemporains de Jean-Paul Alègre, René de Obaldia, Sophocle, Alfred Jarry et d'un auteur russe inconnu. Le rire, la surprise, le suspense, mais aussi la gravité des situations seront au rendez-vous durant 1h15 pour le plus grand plaisir des spectateurs. A découvrir en entrée libre.

Gruissan le petit atelier 2.JPG

Gruissan le petit atelier 3.JPG

07:04 Publié dans MJC, Théâtre | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

02.07.2010

Théâtre : Chapeau bas aux jeunes talents de « Une Fiction »

4.JPG
Ce week-end le théâtre de l'Entresort a ouvert ses portes pour la première fois à deux comédiens descendus de la capitale dans le cadre d'une scène ouverte dédiée aux jeunes talents. Ainsi durant deux soirées, Mary Laurens issue du prestigieux Cours Peyran Lacroix et Thomas Vernant, formé au conservatoire du 7ème arrondissement, ont fait carton plein dans «Une Fiction» mise en scène par Alexandre Oppeccini, assisté de Hélène Roisin d'après le l'œuvre décapante de Régis Jauffret, intitulée «Microfictions». Porté à la scène pour la première fois, ce spectacle a présenté l'errance d'une femme de l'adolescence à la mort. Une femme cruelle qui règle ses comptes avec la société dans une violence permanente et excessive. Un condensé d'une humanité déphasée, des histoires cinglantes comme une gifle, dont la cruauté contraint au rire. Car mieux que sulfureuse, l'écriture de Régis Jauffret est atomique, profondément physique au point de donner des frissons d'effroi ou des vertiges de plaisir. Avec lui, tout est dit, rien n'est de trop. Sans parler de ses chutes imprévisibles où le récit nous largue délicieusement sur la bande d'arrêt d'urgence. Le spectateur se trouve assailli par une pluie, une averse même, à tendance orageuse parfois, de destinées et de faits dérangeants, pathétiques, émouvants ou effrayants. Un déluge torrentiel de ces vices, pulsions, tabous et petits fascismes ordinaires que la société s'emploie à refouler et qui grouillent derrière les vitrines et les façades. Nous voilà désarmés par la justesse de l'observation et contraints de rire du pire. Et si les mots dérangent, c'est peut-être parce qu'ils parlent de notre propre hypocrisie, de ce que nous ne voulons pas entendre mais qui se murmure tout bas. Les mots tissent de la soie pour raconter les petites perversions du quotidien, la folie qui se cache derrière nos façades de béton armé, les grandeurs et décadences de l'âme humaine. Une bien belle performance pour l'enfant du pays, Mary Laurens qui durant près d'une heure trente a tenu un monologue époustouflant en partageant la scène avec brio aux côtés de Thomas Vernant incarnant l'accessoire de tous ses fantasmes, le tout rythmé par les créations musicales de son frère, Rim Laurens et la scénographie de Marie Frin. Chapeau bas à ces deux talentueux comédiens qui sans nul doute ont trouvé leur voie et ne manqueront pas de faire parler d'eux. Bravo à l'ensemble de cette jeune équipe de passionnés pour leur grand professionnalisme et la judicieuse attention portée aux textes de Régis Jauffret, un auteur contemporain qui fait l'unanimité de la critique littéraire et du grand public depuis quelques années.

 

 

Mary Laurens.JPG
2.JPG
Thomas Vernant 3.JPG
IMG_2027.JPG
Une fiction 2041 Marie Frin, Hélène Roisin, Thomas Vernant, Mary Laurens, Alexandre Oppeccini, et Rim Laurens.JPG
Marie Frin, Hélène Roisin, Thomas Vernant, Mary Laurens, Alexandre Oppeccini, et Rim Laurens

00:22 Publié dans Théâtre | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

13.05.2009

Coup de gueule et bonne humeur au théâtre de l'Entresort

14.JPG

Sans jamais se prendre au sérieux et avec moult démonstrations plus hilarantes les unes que les autres, le Théâtre de l'Entresort propose depuis le vendredi 8 mai  On nous prend pour des cons ! de Jean-Pierre Pelaez.

La compagnie Sept Roses révèle ainsi sa dernière création combinant coup de gueule et bonne humeur. Dans ce texte, écrit en 2008, l'auteur biterrois, illustre pourfendeur des idées reçues, y manie le verbe et la satire sociale avec un bonheur rare. Marketing téléphonique, arnaques télévisuelles, politiciens véreux, syndicalistes ou psychiatres nombrilistes..., tout ce petit monde un peu trop sûr de lui passe à la moulinette pour finir dans un grand éclat de rire triomphant et salvateur.

19.JPGLes deux comédiens Bernard Laborde et Mireille Huchon, complices jusqu'au bout des ongles, sont des habitués de l'écriture de Jean-Pierre Pelaez (on se souvient encore de Embrasse-moi !, sur le thème de l'infidélité, présenté pendant l'été 2007, avec son Ulysse retrouvant sa « tendre » Pénélope) et ces deux là ont décidé de faire de ce spectacle un véritable pied de nez à la grisaille ambiante. Fort apprécié du public ce spectacle a fait salle comble durant les 3 représentations données ce week-end en présence de l'auteur par des comédiens hors pairs et débordants d'énergie : un spectacle anti-stress qui devrait être remboursé par la sécurité sociale !  A découvrir tous les vendredis et samedis à 21 h 00  jusqu'au 23 mai.
 
Renseignements et réservations : Théâtre de l'Entresort 2 rue Espert, Gruissan Village  Tel : 04 68 75 02 73 : Tarif 15 euros / réduit 10 euros.

 Représentation supplémentaire le jeudi 21 mai à 21 h 00.

site 2.JPG

Bernard Laborde et Mireille Huchon, complices jusqu'au bout des ongles.site1.JPG

12:14 Publié dans Théâtre | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |